Clark&Hard
- Cher invité si vous voulez participer à notre forum. Veuillez lire le règlement et vous inscrire.

- Cher membre n'oubliez pas de vous connecter pour pouvoir participer au forum.


 

Partagez|

Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : I have nothing to declare except my genius (Oscar Wilde)

MessageSujet: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Mar 4 Aoû - 17:00
Maylys fit un signe agacé tandis qu'elle signait une énième pile de documents et d'autorisations diverses, de son écriture rapide et sèche, une fois terminé elle laissa le soin à son secrétaire de refermer le dossier. Soupirant elle ne pris même pas la peine de contempler par dessus ses lunettes rectangulaires le postérieur de ce jeune homme à l'allure si prometteuse, la journée avait été longue et harassante, elle ne rêvait que d'une bonne douche hydromassante.
Elle délaissa l'élégant stylo plume sur le rebords du sous mains de cuir ocre et appuya sur un bouton doré encastré dans l'immense et élégant bureau en bois de noyer. Aussitôt trois hologrammes, écrans d'ordinateurs modernes, jaillirent comme par magie devant ses yeux. Elle marmonna pour elle même en consultant ses e-mails puis ouvrit le répertoire partagé qui contenait son emploi du temps de la journée. La longue liste des obligations s’étala devant elle, presque toutes étaient soigneusement signalées comme achevées, sauf le dernier rendez-vous de la journée.

*Ha ! Enfin quelque-chose qui va me distraire un peu plus que toute cette paperasse, ou achever mon pauvre cerveau au choix.*

La démone retira les lunettes dont elle n'avait nul besoin, mais qui lui permettaient de donner un peu le change quand à son age humain et se pinça l'arrête du nez en fermant les yeux quelques instants. Reprenant contenance elle se leva de son confortable fauteuil de cuir, défroissa sa jupe de tailleur et s'étira longuement comme un boxeur avant un round.
Elle ouvrit la porte qui donnait sur le bureau attenant et son jeune et sémillant secrétaire puis passa la tête dans l'embrasure un sourire plaqué sur le visage, déclamant de sa voix chaude et légèrement grave pour une femme.

"Mickaël, sitôt que mademoiselle Legrand arrivera, faites là entrer et soyez un ange, faites également chauffer la bouilloire."

Ricanant intérieurement du fait qu'elle donnait des ordres à un homme qui portait le nom d'un archange, elle revins à son bureau et fit place nette, rangeant les stylos qui traînaient encore, jetant quelques post-it obsolètes. Elle s'était de nouveau confortablement installée dans son fauteuil, parcourant son édition reliée cuir de la divine comédie de ce cher et passionné Dante lorsque le toc toc discret sur la porte de son bureau annonça l'arrivée imminente de la jeune psychologue. Maylys reposa le livre sur le bord et se leva.

"Entrez!"

"Docteur, mademoiselle Legrand est ici"

Mickaël s’effaça pour laisser pénétrer la ravissante jeune femme qui avait quitté depuis peu les bancs de l'université pour ouvrir un cabinet chic dans un des meilleurs quartier de la ville. Souriante la directrice fit les quelques pas qui la séparait de son ancienne élève et lui tendis la main pour la saluer d'une poignée franche quoique douce.

"Ravie de vous revoir Alegia, merci d'être venue, je vous en pris installez-vous." Dit-elle en désignant les deux banquettes et la table basse qui composaient le petit coin détente de la pièce. "Souhaitez-vous une boisson chaude?" Elle interrogea la psychologue du regard attendant sa commande puis se retourna face à son secrétaire. "Pour moi ce sera un thé blanc comme de coutume, je vous laisse prendre les appels."

Toujours souriante elle marcha vers son invité et s'installa sur la banquette à coté. "La discussion risque d'être longue aussi je préfères que nous prenions place ici, ce sera plus agréable que les entretiens de directrice à élève ou j'étais planqué derrière le rempart de mon bureau et vous sur les chaises inconfortables en face."
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Mar 4 Aoû - 20:20
Sébastien mon secrétaire m’avait prévenu d’une demande particulière il y a peu de temps. Effectivement, l’université qui avait accueilli mes années d’études, proposé à ma personne une réunion avec la directrice pour une proposition de travail. Je savais bien que j’avais une certaine influence dans le milieu et que les personnes qui avaient croisés ma route, ne pouvaient pas m’oublier si facilement. Rendez-vous fut pris en fin de journée après mes rendez-vous de l’après-midi.

Le jour-même, je portais une élégante robe noire permettant de mettre en avant le plus possible mes formes. Sur mon nez, mes plus belles lunettes. Et c’est ainsi que je pris le chemin vers l’université. La première partie fut dans mon véhicule qui me déposa au plus proche possible, la suite à pied. Je voyais normalement que mon corps détourné le regard de pas mal d’étudiant et même de certaine étudiante, je connaissais une partie d’entre eux. Normal qu’ils bavent autant sur ma physique, une nonne aurait pu devenir lesbienne rien que pour pouvoir m’embrasser.

Traversant le parc, je me souvinsse de toutes les aventures qui furent miennes dans l’établissement. Mon premier baiser, ma première fellation, mon premier amant, ma première amante, on apprend fortement bien à l’université. Contrairement aux rumeurs, je n’avais pas eu mes diplômes par mes talents de séduction, mais uniquement par mes compétences en psychiatrie et psychologie. Aussi un peu de ma magie, mais ça personne ne le savait.

Je me dirigeai vers le bureau de la directrice, me présentant à son secrétaire. Pour le peu que je l’avais vu, je trouvais qu’elle avait du gout pour avoir engagé un homme si beau. Je baissai mes lunettes, le regardant directement dans les yeux. Il rougit.

« J’ai rendez-vous avec madame la directrice, je suis Alégia Legrand, docteur en psychiatrie. »

Il répondit par la positive et m’emmena directement dans son bureau. Madame la directrice était bien là, parfaitement habillé, une posture parfaite, un visage sans aucunes expressions sincères. Tout était dans le paraître avec elle. Une femme de caractère sans aucuns doutes. Elle m’accueillit avec le plus grand sourire, me proposant une banquette comme siège. Fortement sympathique, elle voulait me mettre dans de bonnes conditions.

« Je prendrais un peu d’eau plate si possible. Par avance merci. »

Je m’installai sur la banquette libre.

« C’est agréable, pour une fois que j’ai la possibilité de me mettre dans ce genre de siège si confortable. J’ai l’impression d’être la patiente. » Dis-je en rigolant.

Je lui fis un agréable sourire et continua.

« Comment vous portez-vous ? Je n’ai pas eu la chance de vous revoir depuis la remise des diplômes de l’année passée. J’espère que vous avez toujours la chance d’avoir des élèves aussi brillant que moi, même si j’avoue en toute modestie qu’une grande partie de la population ne m’arrive pas à la cheville. Vous semblez fatigué, vous croulez sous le travail ? Vous permettez ? »

Je posai ma dernière question en approchant ma main de la sienne. N’ayant pas de refus à première vue de sa part, je me permis de lui prendre.

« Beaucoup de travail j’ai l’impression, votre rythme est assez rapide, et votre peau laisse paraitre une masse de dossier non négligeable. Vous devriez vous ménager. Il est bien plus difficile de réparer un pont brisé que de le consolider lorsqu’il est encore debout. »

Je relâchai sa main, c’était bien entendu une méthode pour entrer en contact avec elle et avoir accès par la suite à des informations sur elle par mes pouvoirs. Le contact n’étais pas assez long pour voir son passé ou son futur, mais déjà ressentir son présent était un atout.

« Mais je suis désolée, déformation professionnel, vous ne m’avez peut-être pas appelé pour une séance. »

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : I have nothing to declare except my genius (Oscar Wilde)

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Jeu 6 Aoû - 17:52
Maylys rit volontiers à la petite plaisanterie, Alegia était comme toujours très séduisante dans tous les sens du terme, si la succube n'avait pas cherchée par le passé, à ajouter la jeune femme à son tableau de chasse, c'était parceque celle ci en avait déjà un bien rempli à son actif. De plus son intelligence et ses dons en psychologie la rendait presque dangereuse pour une démone qui basait son existence sur la discrétion depuis sa première apparition sur terre, préférant jouer les éminences grises que les diables flamboyants… chacun son style.

"L'université requiert toujours beaucoup… d'attentions"

La main d'Alegia s'empara de celle de son ancienne directrice avec autorité et naturel, Maylys qui connaissait cette manie du tactile ne broncha pas mais se crispa légèrement intérieurement. Ce n'était pas tant un problème de peau contre la sienne, que la manière insidieuse de la jeune femme de vous lancer des vérités au visage comme s'il s'agissait de la météo de la semaine. Songeant qu'elle venait de perdre l'avantage dans cette conversation, et souhaitant le reprendre ou au moins égaliser, la succube profita des dernières secondes de contact pour envoyer une petite bouffée de charme à la jeune femme, juste de quoi la perturber légèrement. Se servant de son sourire de toujours comme d'un bouclier, elle croisa les jambes avec distinction en reprenant la conversation.

"Effectivement si le rendez vous est bien d'ordre professionnel il ne me concerne pas moi mais cette institution… mais merci pour vos conseil, n'ayez crainte mon service de la DDE interne fonctionne parfaitement bien."

Le secrétaire choisi cet instant précis pour revenir avec le thé et le verre d'eau, il s'avança avec un petit plateau dans les mains et posa rapidement les boissons sur la table avec un air très professionnel. Un grand verre d'eau fraîche, et le sempiternel thé blanc aux fleurs de cerisier que sa patronne consommait sans modération.

"Docteur, la réservation est confirmé, le restaurant à téléphoné et le secrétariat de votre invité à également validé sa présence."

"Merci Mickaël, c'est parfait comme toujours."

Tandis qu'il s'éloignait d'un pas digne deux regards passèrent au rayon X son anatomie dont la vue de dos, valait bien celle de face, un petit moment de calme suivi la fermeture de la porte, Maylys en profita pour prendre sa tasse de porcelaine blanche et la porter à ses lèvres.

"Ho.. trop chaud, je me fait avoir à chaque fois." Elle sourit et reposa le breuvage? "Où en étions nous ? Ha oui, les étudiants ! Figurez vous que j'ai heureusement encore quelques pépites qui pourraient bien s’avérer être d'or et non de mica, le temps nous le dira… Je suis un peu plus ennuyée en ce qui concerne les professeurs, c'est pourquoi j'ai pensée à vous."

La directrice s'appuya confortablement contre la banquette et recroisa ses jambes dans l'autre sens en observant Alegia, elle était probablement intriguée.

"Je ne pensais pas vous confier un poste de maître de conférence, ou de chargé de TD mais quelque-chose de plus ambitieux qui je crois pourrais vous convenir parfaitement. Ceci dit si vous songez à passer dans l'enseignement un jour je serais ravie d'en rediscuter."

Elle leva la main et chassa cette idée d'une pichenette imaginaire.

"Mais je m'égare... Alors voilà, le professeur Sandwiker qui comme vous le savez dirige les recherches en psychologie va partir à la retraite d'ici quelques mois, le remplaçant est tout trouvé, mais c'est un choix … politique, je crains que sous sa direction nous ne perdions une partie de l’excellence des études effectuées sous la direction de Howard, enfin le professeur Sandwiker. A moins que je ne confie le poste de chercheur vacant et pourquoi pas la direction d'une étude importante à une personne particulièrement brillante qui saurait remonter le niveau de manière considérable et préserver les lauriers de la gloire pour la section psychologie de cette université."

Reprenant sa tasse et soufflant dessus pour enfin pouvoir déguster une gorgée de son thé, la succube laissa quelques instant à la jeune femme pour intégrer le contenu et les perspectives de sa proposition, elle se doutais qu' Alegia ne se mettrais pas à sautiller en poussant des hourras et voudrais sans doute négocier, c'est pourquoi elle n'avait pas encore dévoilée toute l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Jeu 13 Aoû - 11:10
En relâchant sa main, je ressenti une légère chaleur dans mon cœur. Pour son âge, elle était très belle. Son sourire était charmeur et j’aurai volontiers partagé un temps de plus avec elle. Mais, qu’est-ce qui me prenait, perdue dans une pensée, je n’avais pas écouté sa première réponse. Il aurait été peu professionnel de lui demander de répéter. C’est à ce moment, que son secrétaire entra dans le bureau avec les rafraichissements. En repartant, je ne pus m’empêcher de regarder son derrière qui était si craquant. Nous reprîmes alors la discussion.

« Oui, les professeurs, certains sont assez vieux et n’ont plus la passion d’apprendre. »

Il était tout naturel de penser à mes capacités pour remplacer certains de ces vieux croutons. Mais j’aurai aimé en savoir plus, ma position était assez confortable et les Hard apprécieraient difficilement que je quitte mon cabinet alors qu’ils l’ont intégralement financé. Sa proposition semblait avantageuse, une fois décrite en entière et il n’y avait presque que du positif par rapport aux point négatifs.

« Je comprends tout à fait, qu’avec le potentiel dont je dispose, je sois votre meilleure carte pour garder une certaine qualité dans votre établissement. Comme vous le savez sûrement, je viens d’ouvrir un cabinet, que je n’ai pas financé seule. Je dispose bien entendu d’une certaine liberté, mais pas de celle de faire perdre de l’argent à mes investisseurs. Comprenez que tous travaux que je pourrais effectuer dans votre université, passera par un contrat entre mon cabinet et votre direction. »

Je bus une gorgée d’eau.

« Pouvez-vous peut-être m’apporter quelques précisions sur les horaires, les responsabilités, les devoirs qu’engendrent ce travail et peut-être les relations que j’aurais avec les autres professeurs et avec vous ? »

Ah, encore une fois ces pensées qui venaient dans mon esprit. Mais pourquoi donc ? Je n’ai jamais eu la moindre attirance pour elle il me semble.

« Vous me dites donc que le professeur Sandwiker est sur le départ ? C’est dommage pour votre institution, un si brillant psychologue. Un véritable génie de l’esprit. »

Et surtout, un vieux croulant qui ne comprenait pas un centième de la psyché humaine.

« Si son remplaçant est un tout trouvé et que vous n’avez pas le choix, pourquoi me proposer un poste qui pourrait remplacer ou éclipser le sien ? L’intérêt de ce choix ? Vous voulez placer vos pions, dans cette partie d’échec ? Et surtout, pensez-vous que la « politique » apprécie une étude de ma part ? »

Je repris un peu d’eau.

« Qu’elle sera le sujet de cette étude ? »

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : I have nothing to declare except my genius (Oscar Wilde)

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Mar 8 Sep - 16:31
Maylys hocha la tête tout en buvant son thé à petite gorgées, intelligente comme toujours et pertinente, son interlocutrice posait les bonnes questions et surtout, ce qui la ravissait le plus, ne manquait pas de sens pratique ! Car en réalité, si ses capacités l'intéressaient au plus au point, c'était plus ses qualités de femme d'affaire et même de séductrice qui avait guidé son choix, son université avait besoin d'investisseurs et aller les chercher avec une belle blonde s’avérerait beaucoup plus aisé qu'avec un Howard pour qui le comble du chic était un veston en tweed.

"J'ai appris pour votre cabinet et d'ailleurs je vous félicite d'avoir si bien tirée votre épingle du jeu, je me ferais un plaisir de m'entretenir avec vos investisseurs et de vous aider, si vous même êtes partante, à les convaincre de l'utilité et de l’intérêt de la tâche que j'entends vous confier. D'autres part tout travail mérite salaire et vous serez évidement rémunéré pour le temps consacré à l'université, même si je le crains, je pourrais difficilement m'aligner exactement au même niveau que vos émoluments habituels..."

La démone leva la main pour lui signifier qu'elle n'avait pas terminé et reposa son thé en prenant son air le plus sérieux, sourcils légèrement froncé, commissures des lèvres non relevées et buste bien droit.

"Néanmoins vous venez d'entrer dans la profession et quoique je ne remette absolument pas en cause vos capacités, je pense que travailler, avec et pour l'université vous offrira une légitimité et une réputation, ce qui compte dans votre métier pour attirer la clientèle et donc... vous aider à rembourser vos mécènes."

Elle reprit son sourire n°6, celui qui signifiait croyez moi j'ai raison ! Et poursuivit.

"Pour ce qui est des horaires et du temps consacré, ce sera à vous de décider lorsque vous vous serez emparée du sujet. Je vous laisse libre de constituer une petite équipe, deux ou trois doctorants, et autant de stagiaires que nécessaire à choisir parmi les rangs de notre université. Officiellement vous serez sous la responsabilité du directeur de la section psychologie et sociologie, officieusement vous dépendrez uniquement de vous même, et toute ingérence dans vos affaires se réglera avec moi comme juge. En revanche je prendrais volontiers le pouls de vos avancés de manière régulière. Non pas pour vous fliquer, mais surtout car je mets en branle ce bébé et compte bien garder un œil dessus."

La succube hocha vaguement la tête lorsqu'elle parla de Sandwicker, elle n'était pas vraiment dupe sur son réel avis sur lui, mais peut importe, il avait rempli fidèlement son rôle dans les rangs de cette université et l'avait aidé a accéder au siège de directrice, elle ne lui en demandait pas plus. Ce qui les amenaient … au remplaçant, celui là elle en ferait sa marionnette un jour ou l'autre mais pour le moment l'obligation dans laquelle elle était de le poster là, contrariait ses plans pour l'avenir.

"Vous savez quoi ? Pour une fois je vais parler sans détours... Le remplaçant est le fiston d'un donateur prodigue de cette institution, j'ai besoin des crédits pour faire tourner la machine et si pour cela je dois nommer un esprit disons moyen, et bien soit je fais le sacrifice! Mais il est hors de question que je laisse la réputation de cette université se ternir et la qualité de ses recherches baisser. Du reste quand bien même vous éclipseriez son prestige, ce n'est pas vraiment de le faire briller que l'on m'a priée, mais plutôt de le garder bien au chaud dans un coin ou il ne gênera personne... et je suis sure que la 'politique' sera conquise pour peut que vous fassiez brièvement sa rencontre.

C'était dit ! Alégia était d'une curiosité insatiable de toute manière, alors c'était aussi bien que Maylys crache le morceau d'emblée, elle aurait de toute manière appris par elle même ces informations. Autant que sa bouche soit la source, au moins serait-elle sûre que des rumeurs stupides ne se glissent pas dans la 'vérité'. Pour le reste, elle savait que la plantureuse jeune femme était consciente de son charme, et espérait qu'elle ne s'offusquerait pas qu'elle lui recommande d'en jouer. Satisfaite, du moins pour le moment elle reprit son thé, et se rencogna sur la banquette avec le sourire gourmand du chat qui a mangé le canari, avant d'annoncer enfin LE sujet.

"Sur l'impact que les révélations de 2012 ont eues sur la population, sachant que nous disposons actuellement sur les bancs de cette école de la première génération à avoir toujours vécu avec, mais aussi et surtout, qu'aucune recherche de grande ampleur n'a été effectué pour le moment sur le sujet, je m'en suis personnellement assurée... Qu'en pensez-vous ?"

Maylys était fière de ce sujet, et ne s'en cachait pas, elle attendit avec impatience la réponse de la psychologue avec son air de chat du Chestshire.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Lun 14 Sep - 11:21
Elle était franche et m’expliqua pourquoi elle faisait appel à moi.

« Les gens qui ont fait cette demandes, n’ont peut-être pas précisé qu’il devait briller. Mais comprenait qu’il n’aura pas son nom sur mes découvertes et mes travaux. Je suis jalouse et mon travail reste mon meilleur amant. »

Même si elle pourrait facilement faire une amante de qualité. Mais, pourquoi diable, est-ce que je pensais ça. Je n’avais jamais eu de vu sur elle et d’un coup, chaque phrase me faisait penser à elle. La directrice expliqua alors le sujet de l’étude qu’elle comptait lui transmettre. Alors que la phrase se formait, un sourire jaillit sur mes lèvres. Un sujet de choix, qui se couplait à merveille avec mes travaux personnels.

« Le sujet, ne pouvait pas tomber mieux. C’est excellent même si je peux dire. Comme vous le savez peut-être si vous avez lu mes travaux, ces derniers tournent principalement sur la psychologie des personnes dites surnaturelles. Je travaille activement à prouver les ressemblances et les différences entre la psyché d’humains comme nous et ceux de ces anges, démons et bêtes. Même si les élémentaires semblent bien moins développé que nous. »

Je fis un autre sourire, tentant de cacher la joie qui venait. Même s’il était sûrement trop tard.

« La psyché des êtres surnaturelles c’est bien entendu mon cheval de bataille. Je ne peux pas comprendre qu’aucuns spécialistes n’ont sérieusement travaillés sur ce sujet. Il y a bien les travaux de Peter Bouchet au Canada, mais rien de bien prenant, ni de précis. Il a les bases du sujet, mais je suis bien plus avancé que lui. Il pourrait faire un très bon assistant sur ce projet. »

Il fallait que je sois la meilleure sur ce sujet. Et l’université allait bien entendu être un élément majeur de ce travail.

« Nous pourrions continuer cette discussion dans le restaurant que votre secrétaire a nommé tantôt ? »


_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : I have nothing to declare except my genius (Oscar Wilde)

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Mer 16 Sep - 22:15
Maylys haussa un sourcil, mais hocha néanmoins la tête de manière affirmative, comprenant les inquiétudes de la jeune femme, quoiqu'elles ne soient pas justifiés, il n'y avait pas d'anguilles sous roches à ce sujet elle le lui confirma immédiatement.

"Son nom, certainement pas, seulement le vôtre et le sceau de la section psychologie sociologie de l'université, après tout c'est nous qui finançons."

Le sourire qui illumina le visage de la jeune femme valait particulièrement cher, plus de la moitié des habitants de la ville se seraient volontiers damnés pour voir un tel sourire sur les lèvres d'Alegia, son enthousiasme était manifeste et déteignit sur la succube qui fut également soulagée, elle avait bien joué ses cartes apparemment et choisi le bon cheval, enfin pouliche, pour la bonne bataille. La directrice s'accorda quelques savoureuses gorgées de thé blanc en écoutant avec attention la psychologue qui lui parlait de ses recherches sur les êtres surnaturels. Croisant les jambes, elle sourit de nouveau.

"Oui vos travaux ont sensiblement orientés mon choix, je me suis laisser dire que vous étiez déjà bien documentée sur le sujet."

In Petto la démone songea que sa jeune élève avait tout de même encore beaucoup à apprendre sur ces créatures, à commencer par les démons, sa propre espèce et toutes les catégories et sous catégories que cela sous entendait. Ceci dit, si au cours de ses recherches elle pouvait dénicher quelques informations croustillantes capables de lui donner l'avantage sur ses semblables mais aussi et surtout sur les piafs céleste... Tout était bon à prendre dans la bataille pour les âmes. Alegia mentionna les travaux de Bouchet et le demanda comme assistant, c'était assez cocasse car le bougre était plus âgé et chercheur depuis plus longtemps, sauf que sur le sujet en question, la jeune femme avait raison, elle devait être bien plus en avance.

"Le mieux est que vous me donniez une liste de noms, après quoi nous les contacterons et verrons s'ils sont assez intelligents pour prendre part à une étude aussi ambitieuse, ou s'ils préfèrent faire cavalier seul dans leur coin. Dans tous les cas, je vous fais confiance pour réunir une équipe solide et travailleuse qui fera des progrès rapides. Et pour les petites mains, comme je vous le disais précédemment, nous avons un vivier important d'étudiants en sciences humaines, prêts à tout pour réussir leurs semestres, je ne doute pas que vous trouverez la bas de quoi satisfaire à vos besoins."

Maylys termina son thé en songeant un instant qu'elle venait d'ouvrir la porte de la confiserie à une gamine gourmande, les petites mains risquaient de devenir pleines d'Alegia très rapidement, cela l'amusa beaucoup, cette jeune ambitieuse séductrice en série avait du potentiel, puisse Lilith prendre soin de son âme plus tard! La dernière remarque arracha un nouveau sourire à la succube.

"Nous pourrions continuer au restaurant, en revanche je crains que celui-ci en particulier soit difficilement abordable à l'improviste, non pas pour une question de prix, mais plutôt de remplissage... Si vous avez une suggestion, je suis ouverte à toutes sortes de saveurs..."

La directrice plongea ses prunelles noires dans celle de son interlocutrice, et reposa délicatement sa tasse, en attendant la suite.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Dim 11 Oct - 15:13
Une liste de noms ? Bien entendu que j’en avais, des talentueux et des beaux, mais cela pouvait attendre le lendemain sans aucuns soucis.

Lorsque cette chère directrice annonça que plusieurs étudiants seraient prêts à répondre à mes besoins, étrangement, je pensai à des besoins plus primaires. Ah, petite perverse que je faisais. Heureusement, il y avait peu de chance que mon interlocutrice sache à l’instant les pensées qui me traversaient l’esprit et donc le style d’étudiant qui travaillera avec moi. Et il valait mieux ne pas dévoiler toutes mes qualités pour ce genre de travail. Pas avec elle en tout cas.

« J’ai peut-être une suggestion, rien de bien exceptionnel, mais un ami a ouvert un restaurant de gastronomie française en ville il y a peu. Je ne sais pas si vous êtes amatrice de ce genre de plat, mais par mes origines, je serais ravie de pouvoir vous faire déguster ce genre de met. Si cette réponse vous convient, je lui envoie un message pour nous réserver sa meilleure table. »

Devant sa réponse, je m’excusai quelques secondes pour lui envoyer un message en texte. Il fallait que mon ami m’aide à obtenir ce travail. Le prestige de cette place pourrait être plus que bénéfique à mon image et surtout j’allais pouvoir utiliser l’excuse de l’université afin de comprendre un peu plus la vie des êtres surnaturels. Reprenant mon esprit, j’écrivis le message pour prévenir Rémy de l’assistance qu’il pourrait me porter.

« Rémy, c’est Alégia, j’ai besoin que tu me réserves ta meilleure table, je viens avec une cliente potentielle. Prépara aussi ta meilleure bouteille française stp. Merci d’avance. Alégia. »

Revenant devant madame la directrice je lui fis un sourire.

« Ce n’est réellement pas loin d’ici et nous pourrions y être en moins de cinq minutes à pied en comptant bien entendu à partir des portes de l’université. Sauf si vous préférez y aller en véhicule et là je peux conduire. Il faudra seulement que je ne prenne pas de vin. »

Dommage si c’était le cas, les vins français étaient réellement les meilleurs et Rémy avait une cave assez exceptionnel.


_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : I have nothing to declare except my genius (Oscar Wilde)

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Lun 12 Oct - 18:34
Maylys hocha la tête et sourit de bon cœur en finissant son thé.

"C'est parfait, mes origines sont plutôt asiatiques mais la gastronomie française est en très bonne place dans mes types de cuisines préféré, et si de surcroît il s'agit d'un de vos amis... Je suis toujours partante pour découvrir de nouvelles tables."

Elle laissa le temps à la jeune femme pour faire la réservation, en profitant pour la détailler un peu plus et profiter de la vue de cette superbe tentatrice qui venait de rejoindre son équipe, enfin qui allait, rien n'était encore signé, mais cela ne saurait tarder. Elle consultât rapidement l'heure sur le bracelet argenté qu'était son comlink, la soirée commençait doucement à s'avancer, il serait agréable de la terminer dans un bon restaurant, mais elle devait veiller à ne pas abuser, son repas d'affaire prévu le lendemain midi avec Ethan Hard ne saurait se faire fatigué, les négociations avec les démons et les avocats étant toujours épuisantes et épineuses, alors quand l'homme était les deux... La jeune femme reporta son attention sur la directrice, visiblement tout était réglé, elles n'avaient plus qu'à se mettre en route.

"Un peu de marche à pied nous ouvrira l'appétit, et ce serait dommage de se priver de vin, surtout s'il est français. Au besoin il y a toujours les taxis, pourquoi conduire quand on peu se permettre de s'offrir la tranquillité d'être conduit?"

La démone se leva et s'étira doucement, lissant sa jupe légèrement froissée par toute une journée de travail, d'un geste elle invita Alegia à faire de même, puis se dirigea vers son bureau pour mettre sa veste de tailleur indigo par dessus son chemisier et prendre son sac ainsi que son grand manteau noir sur la patère toute proche. Son bracelet choisi cet instant pour vibrer, les sourcils froncés elle consulta le message qui venait d'arriver, puis un second, enfin la porte s'ouvrit pour laisser entrevoir un Mickaël visiblement troublé.

"Madame..."

"Oui, je viens de recevoir les messages, je vais aller jeter un œil sur place et voir avec les autorités, transférez les appels important sur mon comlink, je ferais en sorte d'être disponible, et annulez mes rendez-vous de la matinée sauf le déjeuner avec Monsieur Hard, je tiens à être libre si je dois intervenir."

"Tout de suite, je m'en occupe..."

"Merci Mickaël, je vous préviendrais s'il y a un changement, mais ne restez pas trop tard pour autant, vous allez finir par vous fatiguez beaucoup trop à force d'être aux petits soins pour moi... tachez de passez une bonne soirée et de ne pas trop vous en faire, je me charge problème et de raccompagner Mademoiselle Legrand."

Le jeune homme rougit jusqu'à la racine de ses cheveux mais garda un ton professionnel.

"Merci madame, ne vous inquiétez pas pour moi, c'est un plaisir."

La succube rit du trouble de son secrétaire et lui tapota délicatement l'épaule, il fit un petit salut et retourna dans son antre le visage non loin de la couleur carmin. Maylys se retourna vers Alegia et lui adressa un sourire d'excuse.

"Une vrai perle, quoiqu'un peu timide... bien, si vous n'y voyez pas d'inconvénient, petit changement de programme, nous allons devoir faire un petit détour sur le campus, une jeune étudiante semble avoir été attaquée en se rendant à une petite sauterie, ce n'est probablement rien, mais par les temps qui courent, j'ai demandé à être averti du moindre incident, j'imagine que vous comprenez pourquoi... Enfin bref, ça ne devrait pas prendre trop de temps et nous devrions pouvoir aller au restaurant tout de même... dans le cas contraire, he bien, j'espère que vous et votre ami me pardonnerez ce faux bond."

La femme mit son manteau et passa les anses de son grand sac à main en cuir noir sur son épaule, d'un pas vif elle se dirigea vers la deuxième porte de son bureau, celle qui communiquait directement avec le couloir, et l'ouvrit en grand pour laisser passer son invité.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Ven 4 Déc - 9:28
La directrice se leva et s’étira, je ne pouvais m’enlever de la tête qu’elle avait un si beau corps. La journée avait dû être longue pour elle et devant un bon repas et une bonne bouteille elle serait bien plus clémente a accepté de signer. Enfin si signature il y a ce soir, au pire se sera uniquement une bonne soirée. Elle alla chercher sa veste lorsque son assistant arriva, craquant lui aussi. Je ne fis pas réellement attention à la discussion, profitant de ce moment pour prendre ma veste aussi, mais j’entendis qu’elle parla quelques instants de monsieur Hard. Plusieurs souvenirs revinrent dans ma mémoire, de chaud et intenses souvenirs, il y eu beaucoup de chance que je rougisse. Espérons qu’elle ne le voit pas. La directrice se retourna vers moi et m’expliqua alors qu’il y avait eu un incident sur le campus.

« Si jamais vous devez m’abandonner pour ce soir, je n’y verrai pas de mal. Je comprends que la sécurité de vos élèves passe avant un repas. Je fus élève chez vous et je sais que vous êtes fortement attaché au bien être des gens qui sont sous votre protection. Je vous accompagne et nous aviserons suivant la situation si vous le permettez. »

Je sortis en premier de son bureau, ayant remis mes affaires pendant qu’elle discuté avec son assistant. Le chemin nous mena à un long couloir, qui de mémoire emmener vers la cour principale.

« Sans le vouloir, j’ai entendu que vous parliez de monsieur Hard. Je ne cherche pas à être trop indiscrète, mais j’ignorais que vous connaissiez cette aimable personne. Si vous parlez bien entendu d’Ethan Hard. Je n’ai eu que très peu de contact avec son frère ou son père, mais je n’en ai pas entendu que du bien au contraire d’Ethan. Un avocat de renom, un très belle homme et célibataire de plus. »

Trois qualités parfaites pour moi. En parlant d’Ethan, d’autres idées et souvenirs s’invitèrent dans ma tête. Il faudra que je lui envoie un message si jamais je venais à me retrouver seule pour ce soir, il apprécierait peut-être un peu de compagnie ou quelques douceurs.

« J’ai entendu parler des disparitions qu’il y a eu dans vos établissements, je ne suis pas une grande assidu de l’actualité, est-ce réellement grave ? J’espère que ceux-ci n’ont pas trop ternis l’image de l’université. Il y a eu une fille qui si j’ai bien compris fut retrouvé mentalement instable. Si je sais vous aider, mon domaine peut me permettre de recoller les morceaux dans son esprit. Il serait dommage de vous passer des services de la meilleure psychologue qui soit sortie de vos rangs. »

Et au passage, j’allais pouvoir enquêter sur elle, ce qui fera sûrement plaisir à Ethan. Alors que nous discutions, nous arrivions à l’endroit de l’agression, proche de la cour principale, dans une alcôve discrète. Le genre d’alcôve que j’appréciais grandement pendant mes études, pour sa discrétion. Il y avait là, plusieurs personnes des forces de l’ordre et de la sécurité. Immédiatement, un homme nous fit signe de ne pas aller plus loin, on nous stoppa dans notre progression, pour nous demander nos identités. La directrice s’avança en première.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : I have nothing to declare except my genius (Oscar Wilde)

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Sam 5 Déc - 22:08
Alegia assura à Maylys qu'elle ne voyait pas d'inconvénient à l'accompagner, le contraire eut étonné la directrice, la jeune femme était curieuse comme une chatte, elle n'allait pas manquer une occasion de fourrer un peu son nez dans ce qui se passait sur le campus, d'autant plus qu'elle allait de nouveau en faire partie dans un proche avenir.

"Je vous remercie de votre compréhension, l'affaire n'a pas l'air gravissime mais je préfère être prudente."

D'un sourire d'excuse, elle ferma la porte du bureau à clefs puis boutonna son manteau avec soin tout en suivant la jeune femme dans le long couloir de boiserie qui menait vers la sortie. Maylys haussa un sourcil en écoutant la blonde qui lui parlait d'Ethan Hard, avec feu et un certain trouble ne manqua t'elle pas de notifier. Visiblement la réputation de playboy de son rendez-vous du lendemain faisait des ravages même dans les rangs de prédatrices sexuelles aguerrit, voilà qui rendait encore plus intéressant ce futur déjeuner d'affaire.

"Je connaissais son père, il faisait parti des donateurs de l'université, enfin quand je dis connaissait, nous entretenions des rapports professionnels cordiaux, la générosité de la famille Hard n'a jamais fait défaut à cette institution. De fait, j'ai sollicité un rendez-vous avec l'aîné des fils pour éventuellement renouveler nos liens d'amitiés. Ou pourquoi pas quelque-chose d'un peu plus ambitieux... comme financer une certaine étude. "

La directrice poussa la lourde porte de sortie et poursuivit la marche d'un bon pas vers l'endroit où avait eut lieu l'agression.

"En tout cas, je suis heureuse que monsieur Ethan Hard ai si bonne réputation, cela ne rendra le repas que plus agréable, hum sans vouloir être indiscrète moi non plus, comment avez-vous rencontré les Hard et ce jeune homme? Vous semblez le connaître relativement bien, c'est une relation d'affaire?"

La démon écoutait avec attention Alegia, curieuse de connaitre la nature de ses relations avec le cabinet d'avocat le plus satanique de toute la ville et plus ou moins du pays également, mais au moins le fait que la jeune femme fréquente ce monde là était plutôt rassurant, cela prouvait qu'elle ne s'était pas trompée sur ses penchants, une âme du 'bon' coté de la balance en somme, du moins de son point de vue.
Elles approchaient à présent du lieu du drame, une de ces alcôves tranquilles qui abritaient les étudiants pour manger en journée et pour boire ou autre en soirée, bref un de ces lieux de vie ou l'on voyait régulièrement une petite dizaines de jeunes installés dans des positions confortables uniquement à leur yeux pendant qu'ils refaisaient le monde entre deux cours ou deux bouteilles. Pour le moment la faune était plus porté sur les uniformes, outre l'un des membres de la sécurité du campus, se trouvait aussi une voiture de patrouille et un VSAV des pompiers dont les gyrophares éclairaient la nuit pas intermittence.

"Les disparitions ont lieu dans toute la ville, il y en a eut ici aussi effectivement, j'ai fait renforcer la sécurité, mais difficile de s'assurer que les étudiants resteront sages si vous voyez ce que je veux dire... L'université ne pâti pas personnellement de cette situation, la ville en revanche... Je suis sur que la police accueillera volontiers toute aide, y compris psychologique, néanmoins ce genre de décisions ne dépend pas de moi, vous devrez voir avec les autorités et les parents de la jeune femme."

La succube fronça les sourcils à l'adresse de l'homme qui venait de les stopper, un jeune officier de police qui ne devait pas connaître le visage de la directrice.

"Je suis le professeur Maylys Mortimer, la directrice de cette institution et voici le docteur Alegia Legrand, psychologue, elle m'accompagne, j'aimerai parler à votre responsable et rapidement je vous pris, tenez vérifiez mon identité."

D'un geste rapide elle tendis son comlink vers l'homme qui passa un scanner dessus et sur celui de la psychologue. Un autre policier choisi ce moment pour arriver, grand la quarantaine bien tassé, un léger embonpoint au niveau de l'estomac, il ressemblait à ces caricatures de flic blasé dans les romans noir, d'un geste bref il souleva son chapeau pour saluer les femmes.

"Maa'm la directrice, maa'selle, bonsoir."

"Bonsoir Richard, n'allons pas par quatre chemins, est-ce une nouvelle affaire de disparition?"

"Non Professeur, du beaucoup plus classique, elle s'est réveillée ici à moitié déshabillée, sans aucun souvenirs, sans doute à cause de GHB ou un truc du genre, les pompiers sont en train de l'examiner en ce moment, et on commence à quadriller un peu le secteur pour voir ce qu'on peu dénicher, mais pas évident vu que la petite est en état de choc, elle ne nous a pas donné beaucoup d'indices."


Maylys serra le point et poussa un soupir, soulagée qu'il ne s'agisse 'que' d'une histoire de viol d'un coté, furieuse de l'autre qu'une étudiante se soit fait attaquer sur son territoire. Elle jeta un œil à son invité et une petite idée lui vint.

"Alegia, vos dons en matière de psychologie pourraient faire quelque-chose vous croyez?"
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Jeu 17 Déc - 20:54
Sur la route, j’avais expliqué à la directrice, que je connaissais Ethan de par mon travail et que sa famille n’était pas étrangère à l’ouverture si rapide de mon cabinet. Bien entendu, ce n’était pas un secret d’état, vu que la plupart de mes clients venaient par la famille Hard et qu’ils étaient pour la plupart présent pour l’ouverture. Mais, je tenais quand même à garder mon indépendance afin de ne pas esclave de la famille Hard.

Devant la scène, on nous demanda bien entendu de vérifier nos identités. La directrice parla en premier et me présenta. J’aurai eu une préférence pour qu’elle mette un peu plus en avant mes qualités, comme par exemple « la meilleure psychologue » ou « dont l’esprit est plus affuté que n’importe qu’elle arme ». Bon, il fallait rester modeste quand même, puis si le policier était un peu civilisé, il devait sûrement avoir entendu parler de moi. Je tendis quand même mon comlink en avant afin de me le faire scanner. Arriva alors un autre homme qui semblait à première vue être mieux gradé que le premier que nous avions vu.

« Bonsoir monsieur. »

Je regardais de mon œil expert, tous les détails qui pouvaient m’aider à en apprendre un peu plus sur l’homme qui était venu vers nous. Son prénom était Richard, il connaissait la directrice, donc devait avoir des responsabilités dans les forces de l’ordre. Alors que j’écoutais et observais le policier, madame la directrice me demanda si mes dons pouvaient aider d’une manière ou d’une autre. Je fis un de mes plus beaux sourires.

« Bien entendu que je peux aider, une jeune fille qui se fait violer, je ne vais pas laisser ça à n’importe qu’elle psychologue de quartier. Je suis là, je vais vous faire dons de mes plus grandes capacités. »

Et je vais aussi, pouvoir gagner en réputation, encore plus, devant madame la directrice. L’homme nous mena alors vers le véhicule des pompiers. Se trouvait là, une jeune fille enveloppé dans une couverture chaude, mais qui devait gratter, un pompier était à côté d’elle et il lui tendait une tasse. Le regard de la jeune demoiselle, montrait bien qu’elle avait une crainte de ce gars et qu’elle ne souhaitait pas boire. Je m’approchai d’elle et regarda le pompier.

« Vous pouvez nous laisser. Je vais prendre soin d’elle. »

Je me baissai un peu, pour que mon regard soit au même niveau de la jeune fille. Je ne faisais bien entendu pas l’erreur de la regarder dans les yeux, cela engendrerai un duel psychologique qui ne serait pas bon pour elle. Je pris ma voix la plus douce pour lui parler.

« Salut, est-ce que tu permets que je m’assoie à côté de toi ? »

Il n’y avait pas de réponses négatives, donc je me mis sur le bord du véhicule à côté d’elle.

« Je me prénomme Alégia. On m’a dit que tu avais été retrouvé dans la cour et que tu ne te souvenais pas de grand-chose, est-ce que tu acceptes de m’en parler ? »

Bien entendu, elle ne me répondit pas. Doucement, je lui pris la main. Première réaction, elle sortit de sa tétanie et leva les yeux vers moi. Je lui fis un sourire. Deuxièmement, j’allais pouvoir utiliser discrètement mes pouvoirs sur elle. Alors que je continuais mon sourire, je me concentrai pour briser la première barrière de sa trame. C’était très flou. Les souvenirs proches étaient généralement les moins structurés.

« Ma chère, est-ce que tu te souviens du début de ta soirée ? »

Elle me fit non de la tête. C’est par là, que mon pouvoir se tourna en premier. Ils étaient plusieurs jeunes à boire dans une autre alcôve de l’université. Ils étaient 3 jeunes filles et 2 gars du même âge. Bien entendu je ne pouvais pas dire à tout le monde que j’étais une pythie et il fallait ruser.

« Tu sais, lorsque j’étais à l’université, il n’était pas rare que je débute mes soirées avec des amis à boire un peu. »

Elle me regarda et je voyais dans son regard, que c’était de moins en moins flou.

« Je me souviens d’une fois, que nous avions bu après les cours dans une autre alcôve un peu plus au sud d’ici. Tu … tu as déjà fait ça ? »

Elle n’osa pas répondre et tourna le regard vers la directrice et l’inspecteur. Je me penchai alors vers elle.

« Tu sais, tu peux me parler à moi. Mais tu as peur de la réaction de madame la directrice ? »

Elle fit un léger signe de la tête. Je me tournai alors vers la tête gérante de l’université.

« Madame, permettez que je continue avec monsieur l’inspecteur ? »

Elle comprit, car elle recula hors de portée de voix, mais continua de nous regarder. Pour ma part, je mis ma seconde main sur celle de la jeune fille.

« C’est une de tes connaissances avec qui tu étais ce soir. »

De nouveau, elle fit un léger signe de la tête. Ces souvenirs, étaient de moins en moins flous et souvent tourné vers un jeune, brun, environ 20 ans. Look assez cool pour cette génération. Alors qu’ils discutaient dans ce souvenir, il l’emmena un peu à l’écart et lui resservit un verre. Puis ce n’était plus flou, mais presque noir totalement.

« C’est un de tes amis qui c’est permit de faire ça ? Tu sais, si tu n’as pas accepté, il n’avait pas à te toucher. Tu ne risques rien à me dire c’est qui. »

Elle s’approcha alors de moi et commença à parler à l’oreille. C’était brouillon, assez mal organisé, mais dans le tas, elle ne me donna rien d’important. Matthéo Stegarth, voilà ce que j’avais trouvé dans ces souvenirs pendant ce moment. Un garçon branché de trois ans son ainé. Elle s’excusa alors, et tenta de dire qu’elle ne voulait pas ça, puis s’effondra en larme. Je la pris dans mes bras et continua à scruter ces souvenirs. Je fis semblant de pleurer un peu avec elle. L’important, vu qu’elle m’avait parlé dans l’oreille, c’est que je pouvais faire croire, qu’elle m’avait donné le nom.

« Je te remercie de m’avoir parlé, tu devrais prendre ce chocolat chaud et l’infirmière qui est là, va t’aider. Est-ce que tu acceptes que je revienne après pour que l’on parle au calme, toutes les deux ? »

Elle me fit un oui de la tête. Je la serra dans mes bras et retourna avec l’inspecteur voir la directrice. Mon visage était de nouveau celui du reste de cette soirée.

« Inspecteur, elle a passé la soirée avec des amis dont un Matthéo Stegarth, ce garçon l’a ensuite séparé de ces amis et lui a fait boire plus que de raison et vu le flou, je pense qu’il avait drogué la boisson. Maintenant, vous pouvez faire votre travail. »

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : I have nothing to declare except my genius (Oscar Wilde)

MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia] Lun 25 Jan - 18:56
Maylys avait été d'autant plus intéressée de savoir que les Hard se cachaient derrière les fameux investisseurs d'Alegia qu'elle même comptait proposer le financement de l'étude cher à son cœur à leur famille, cela faciliterait indéniablement les choses et simplifierait également les petits soucis de confidentialité éventuels.
Mais actuellement ses pensées se dirigeaient vers un tout autre sujet, bien moins agréable, à savoir ce qu'il allait advenir de la pauvre jeune femme qui avait eut le malheur de croiser un prédateur sans scrupules ni talents, s'il avait été un peu plus doué il aurait obtenu sans peine et sans drogue tout ce qu'il désirait, un tel amateurisme agaçait la succube qui considérait que cela déshonorait littéralement toute la profession. Si elle même le long de sa riche vie de débauche avait parfois usée de substances chimiques pour arriver à ses fins c'était avec des cibles autrement plus difficiles à atteindre qu'une pauvre étudiante pompette.
Richard et la directrice regardèrent de concert la jeune femme prendre la situation en mains et grimper dans le camion des pompiers aux cotés de la victime, avec amusement la démone nota que Richard resta un moment perdu dans la contemplation de la croupe d'Alegia avant que celle-ci ne disparaisse de sa vue.

"Elle, se prend pas pour n'importe qui celle-là hum?"

Maylys émit un rire flûté et sourit à l'inspecteur, son expérience de la nature humaine avait jugée et tranchée sur le cas de la psychologue de manière directe et à vrai dire fort juste également.

"Ce n'est pas inexacte, néanmoins il faut lui reconnaître ça, elle n'est effectivement pas n'importe qui, si la jeune fille à le moindre souvenir même caché au plus profond de son esprit, tu peux être sur qu'elle le fera ressurgir, c'est presque...m, Mademoiselle Legrand a un talent indéniable."

Le duo se rapprocha du camion ou la jeune femme avait déjà réussi à prendre contact avec la pauvre petite dont le regard perdu avait tout du lapin traqué dans les phares de la voiture. Regardant la manière dont Alegia se comportait et semblait extirper doucement les fils intéressants de l'écheveau de pensée emmêlées, la succube continua de creuser légèrement l'idée qui lui était venu quelques minutes auparavant

*Évidement elle n'a jamais été prise la main dans le sac, et elle est vraiment douée par ailleurs, mais des dons surnaturels pourraient expliquer ces aptitudes vraiment hors du commun. Elle est maligne, elle sait que se déclarer ouvertement surnat' n'est pas forcément évident, d'ailleurs de nombreux êtres particuliers préfèrent taire leurs origines encore aujourd'hui, n'est-ce pas Eris? La grande question c'est, si j'ai raison, qu'est-ce que tu es Alegia Legrand?*

Sursautant à moitié Maylys hocha la tête et s'éloigna hors de portée des jeunes femmes, elle n'était pas du genre à fustiger une jeune étudiante violée, même si cette dernière avait enfreint le règlement de l'université en buvant ou en fumant des substances pas très licites sur le campus, mais évidement,  elle représentait l'autorité et ses mésaventures du soir avait de quoi rendre méfiance la victime. Patientant en rongeant un peu son frein la directrice envoya quelques messages sur son com'link à l'attention de Mickaël, puisqu'il ne s'agissait pas d'une disparition il était inutile de gaspiller l'énergie de son jeune et sémillant secrétaire à maintenir le bureau ouvert au cas ou un communiqué de presse de la part de l'université aurait été de mise. La directrice revint à la réalité en voyant l'inspecteur et la psychologue marcher vers elle, tandis qu'une infirmière fermait la porte du fourgon, sans doute pour utiliser le kit antiviol, si son agresseur n'avait pas pris de précautions, il serait d'autant plus facilement confondu.
Le nom du coupable résonna, Maylys serra les lèvres dans une mine sévère et regarda Richard en soupirant.

"Mickaël doit être en train de quitter le bureau, je vais lui demander de vous fournir les documents en rapport avec ce jeune homme si toutefois il est étudiant chez nous, il va de soit que s'il est effectivement coupable il sera renvoyé de l'université, si tu désires procéder à une arrestation dans les locaux de l'université, he bien tu as mon feu vert et tu connais le chef de la sécurité, outre le fait que je ne supporte pas l'idée qu'un crime dans ce genre ait pu se perpétrer ici, hors de question que nous laissions une telle affaire saper la réputation du campus, surtout en ce moment..."

En disant cela la directrice avait déjà pianoté sur son com'link et envoyée les diverses instructions aux membres concernés, ainsi qu'une autorisation officielle pour laisser les mains libres à la police qui n'aurait ainsi pas à s'encombrer d'un mandat. L'inspecteur vérifia rapidement sur son propre organiseur les données reçues et la salua du chapeau.

"Toujours un plaisir de travailler avec vous professeur, si tous le monde pouvait être aussi coopératif... On va régler ça rapidement, et merci maam'selle Legrand pour votre aide, je vais juste prendre vos coordonnées pour pouvoir vous joindre plus tard, rapport à votre témoignage, et que vous voudrez sans doute des nouvelles de la petite, après vous pouvez repartir, ce soir on ne pourra sans doute pas faire grand chose de plus".

Tandis que les dernières informations étaient enregistrées Maylys soupira dans son coin, se massant délicatement les paupières regrettant presque le bon vieux temps ou elle n'avait pas tant de responsabilités, ni un tel verni de façade à déployer, mais l'université était un jeu qui en valait la chandelle, et puis d'ici une petite dizaine d'années tout au plus elle devrait abandonner le poste au risque que son alibi tombe, elle paraissait déjà jeune pour une quadragénaire, alors pour une quinqua ou sexta... Se tournant vers Alegia qui semblait en avoir fini avec les formalités elle lui adressa un sourire un peu crispé.

"Je ne sais si vous avez toujours faim après ça? Je suis toujours curieuse de découvrir le restaurant de votre ami néanmoins... les circonstances. En tout cas merci pour elle, vraiment, et bravo pour votre efficacité, on peut dire que vos dons sont de plus en plus efficaces."

My bad:
 
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia]
Revenir en haut Aller en bas

Connecting the mind to what matters. [Pv Alegia]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» The self imposed limitations of the underdeveloped mind.
» 01. Losing your mind
» 1.04 Where is my mind ?
» Well it´s been days now And you change your mind again ... feat Amber Helheim
» I remember when, I remember, I remember when I lost my mind. ₪ 27 mars, 20h21

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clark&Hard :: Seattle :: University District-