Clark&Hard
- Cher invité si vous voulez participer à notre forum. Veuillez lire le règlement et vous inscrire.

- Cher membre n'oubliez pas de vous connecter pour pouvoir participer au forum.


 

Partagez|

Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
MessageSujet: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Dim 2 Aoû - 16:05
Situer dans un building luxueux, une des ses constructions des années 2000, vêtue tout de verre. Un des 1ers bâtiments entièrement pauvres en énergie. Entre temps, il avait été rénové bien entendu. Mais mon père avait toujours été un peu en retard sur les avancées technologiques.

À l'entrée du lieu, il y avait un concierge et un voiturier qui accueillait les habitués et les visiteurs. Les habitants avaient même un service de femme d'ouvrage. En parlant des locataires, soyons honnêtes, ce n'était que des hauts membres des Hard. Mon père en était le propriétaire et donc maintenant moi et mon frère.

J'occupais, l'ancienne l'appartement de mon père, le plus haut, le plus beau. Situer au sommet dominant une grande partie de la ville, mon balcon avait une vue imprenable. Mais ce qui faisait de ce lof un des plus prisés c'était sa piscine à ciel ouvert et chauffé, avec option jacuzzi à la demande. Mon père avait le gout de détails. Lorsque j'étais entrée pour la 1re fois, je n'eus pas de mal à me sentir chez moi, mon père n'y faisant que dormir, il n'avait pas vraiment personnalisé les lieux, il était donc dans les brochures de vente. Un vaste salon-salle à manger-cuisine donnait dans l'entrée, tout était claire seule note de couleur : la collection de livres de mon père et quelques oeuvres d'art abstraite.  Je ne dirais surtout pas que la décoration est laide. Non, une habitation avec un parquet en bois noble et un mobilier du même bois donnait un côté froid et douillet à la fois. Hum, une façon pour mon père de contracter avec la chaleur de l'enfer.

Des escaliers suivit d'une passerelle menait aux 2 chambres et la salle de bain, les chambres étaient toutes aussi blanche seule la couver-lit mauve et un tableau aux mêmes couleurs donner de la chaleur. A tardons-nous dans cette chambre. Le drap froissé par les mouvements, je regardais le paysage dévoilant les lumières de la ville endormie. Une femme remonta de sous les couvertures, elle se cala dans le creux de mon bras. Je ne me retournai pas vers elle et continuait à être dans mes pensées.

Je savais qu'elle allait dire quelques choses ou analyser mon comportement quoi de plus naturel pour une psychiatre.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Dim 2 Aoû - 17:16
Je me réveillais doucement de cette nuit fortement agitée, j’ouvris les yeux et sentit directement le parfum de l’homme avec qui j’avais partagé la nuit. Je me retournais vers lui et me cala dans son bras. Je passais ma main sur son torse nu.

« Avez-vous passé une bonne soirée monsieur Hard ? Je dois vous avouer que je m’attendais à avoir votre appel hier. J’avais même déjà annulé mes deux rendez-vous, comprenais je ne pouvais pas faire attendre mon investisseur principal. Je n’ai pas envie de vous décevoir. »

Je me baissai et me mis à embrasser son torse.

« Je ne souhaite réellement pas vous décevoir monsieur Hard. J’ai aussi une réputation à tenir. »

Je me relevai et tenta de le regarder dans les yeux, il avait l’air de vouloir éviter mon regard. Pour le forcer à réagir, je posai ma main sur son sexe. Hum, il semblait déjà bien dur.

« Vous êtes très tôt du matin, monsieur Hard, le soleil n'est pas encore levé. Je suis bien entendu libre jusqu'à ce que vous me demandiez de partir. J’ai cru voir que ça serait suffisant pour une troisième fois. »

Il ne réagissait pas et sembler toujours ne pas vouloir croiser mes yeux. Je me mis à califourchon sur lui, laissant les draps glisser sur mon corps, le dévoilant à son regard.

« Monsieur Hard ? Vous semblez éviter mon regard, vous avez peur que je ne lise en vous ? Savez-vous que je n’ai pas besoin de voir vos yeux pour voir tous ce que vous avez fait. Le premier contact que nous avons eu est suffisant si je veux voir votre passé. Et du contact nous en avons eu bien plus que ce qu’il me suffit. »

Je me penchais vers lui, embrassant sa joue et remontant à son oreille.

« Et ce que j’ai vu de votre avenir, ne devrait pas vous faire peur. Le sang de votre sang et peut-être celui qui est le plus empoissonné, mais il n’y a nul cyclone qui ne pourra passer deux fois au même endroit. »

Je me relevais, commençant à frotter mon entre-jambe au sien.

« Je suis désolé, mais les énigmes restent une manie, lorsque je parle du futur de quelqu’un. Et si nous nous intéressions à notre présent. Il reste quand même trois bons quart d’heure avant que votre téléphone ne sonne et que vous me demandiez de partir. Profitons-en. »

C’est avec un regard de gourmande que je le regardai.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Dim 2 Aoû - 19:25
Je la regarde enfin.

- Mon téléphone ne sonnera pas. Je suis en réunion entière avec toi. Lui dis-je

- Sache que je ne t'ai pas appelé uniquement pour le plaisir de ton corps. J'ai bien d'autres projets pour toi. Lui répondis-je.

Je la fis maculer et pris dessus sur elle. Je commençai à l'embrasser langoureusement et longuement. Nous, les démons, étions assez doué en apnée, ce qui nous donnait un certain avantage dans l'eau et en amour. Je le faisais durer, jusqu'à sa limite, je n'allais pas tuer un si bon morceau. Que c'était excitant quand la peur irradiait le corps des hommes.

- Soyons sérieux deux minutes. J'ai un travail à te donner qui va t'enrichir en contrepartie tu devras m'aider... Mais bon avant j'ai du boulot... Dis-je à près avoir quitté ses lèvres.

Je descendis le long de son cou, m'y attardait pour l'embrasser et lui faire de suçon. Je remontai jusqu'à son oreille et lui mordilla. Puis-je m'arrêtai net. Je savais qu'elle allait reprendre le dessous comme elle l'avait fait le reste de la soirée. Lorsqu'elle voulu se débattre mes ombres, attrapèrent ses poignets, et l'immobilisa tels des liens.

- Non... Non... Je t'ai dit que j'avais du travail.

Je me dégelai la laissant nue sur le lit. Elle pouvait admirer mon corps nu tout entier. J'étais plus au près à l'accueillir, mais j'aimais faire durer les choses, j'aime voir la détresse dans les yeux des gens. Cela devait être dans mes gênes de démons des ombres ou démon de la peur comme certains m'appellent. Je la regardais ainsi parcourant du regard chacun de ses courbes. Chacun de mes muscles vibrait d'envie pour cette beauté. Je voulais la même chose qu'elle, enfin presque, une humaine ne pourrait endurer tous les fantasmes qui habitent un démon.

Mes ombres se mirent à parcourir son corps, tel du satin glacé, il ne faisait qu'effleurer ses zones charnelles. Je ne pouvais certainement pas lui donnait plus que des sensations épidermiques avec cette technique.

Le soleil était doucement en train de se lever, la maîtrise de mes ombres allait devenir plus difficile. Hé oui, le soleil était le talon d'Achille de notre espèce. J'eus alors une idée, cela faisait un moment que cela me trotter dans la tête.

Je transformai en ombre et disparu. Ses liens de défit et se transformèrent en indice, telle de traces de pas vers sa proie. J'étais descendue les escaliers et j'avais couru nu sur le balcon pour aller jusqu'à la piscine, que j'avais programmée sur jacuzzi. L'effet sur mon corps était crisant aux vues mon état d'excitation. Je l'attendais près en découdre avec elle, dans cette eau chaude, au lever de soleil.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Dim 2 Aoû - 19:44
« Des projets ? Tu es … ahh »

Il venait de me plaquer au lit et de reprendre le dessus, il était très excitant, j’aimais beaucoup cette situation. Il m’embrassa longuement, très longuement, je commençais à ne plus avoir d’air. Il devait me faire une blague, mais là c’était trop long. Par réflexe je commençais à me débattre, mais il était plus fort que moi et alors que je pensais que j’allais m’évanouir, il arrêta. Oh, il voulait jouer à ça.

« Je n’ai jamais dit non à l’argent, ni à me salir les mains pour en avoir, c’est quoi ce tra… hum. »

Il ne me laissait pas finir mes phrases, il voulait avoir le dessus, il voulait dominer, c’était un signe très clair de manque d’amour lors de son enfance. Et en voyant l’enfance qu’il a eue, je ne pouvais que bénir mon père qui avait eu assez d’argent.

Alors que je devenais de plus en plus chaude devant ces baisers et ces suçons, il s’arrêta net. Il voulait encore jouer avec moi, mais j’allais reprendre le dessus. Sauf qu’au moment de prendre appuie pour basculer sur lui, des ombres vinrent me maintenir au lit. Il s’en alla alors et dans ma tête des milliers d’images passèrent. Il avait du travail, mais quoi ? Je ne l’avais pas vu ça. Qu’est-ce qu’il allait me faire ? Pourquoi est-ce qu’il m’attachait ? Avait-il prévu que je divertisse des amis à lui ?

« Monsieur Hard, j’ai envie de vous. »

Mon corps tout entier tremblé d’excitation, j’avais tellement envie qu’il continue. C’est alors que ces ombres frôlèrent ma peau, me torturant de désir un peu plus. Je voulais me débattre et allait vers lui, baiser sur le plancher. Mais il était trop fort et je ne pouvais pas partir de ce lit. Puis d’un coup, lui et mes liens disparurent. Je voyais alors des pas d’ombre se former pour descendre les escaliers. Sans savoir ce qui allait se passer, je les suivis. Il traversa le salon pour aller sur le balcon et la piscine se mis en mode jacuzzi. Monsieur Hard se reforma alors dans l’eau, entièrement nu, à la vue de toute la ville. J’avançais vers le balcon, sorti et me mis dans le jacuzzi aussi rapidement que je pouvais. La vue pour toute personne qui avait le regard assez long pour voir à cet étage, devait être magnifique, me voir, moi entièrement nue, avec un corps si merveilleux, un véritable délice pour les yeux de toute la ville. Je m’approchai de mon hôte et mis ma main sur son sexe, il était énorme, bien dur et on pouvait sentir l’envie qui le faisait trembler.

« Monsieur Hard, c’est à mon tour d’agir. »

Je mis ma tête dans l’eau et commença à embrasser son engin de bas en haut. Comprenant sans doute ce qui me trottait en tête, il se releva, pour avoir son bassin hors de l’eau. C’est alors que je lécha ce que je pouvais, avant de l’entrer entièrement dans ma bouche.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Dim 2 Aoû - 20:29
Il y a des choses qui faisaient de l'effet à un homme et cette femme en faisait partie. Mes fesses sur le rebord de la piscine mes mains me soutenait pour ne pas glisser. Ma tête partie en arrière, sous cette sensation jouissive.

- Hum Alégia... si une démone je t'aurais épousé. Dis-je

La psy savait très bien, ce que les démons pensait du mariage. Soit, c'était comme des chaines imposées par des supérieurs ou un jeu de dominant soumis ou d'argent. Cela ne voulait donc rien dire pour nous, mais ce n'était pas de même pour les autres races.
Je m'étais toujours demandé si les démons pouvaient ressentir de l'amour. Personnellement, je n'avais jamais eu le fameux coup de foudre. Qu'est-ce que l'amour ? On était prêt à tout pour protéger la personne qu'on aime... comme une mère pour son fils. Hum...alors oui les démons pouvaient ressentir de l'amour, en tout cas, ma mère en avait eu. Je n'étais nullement amoureuse de cette fille. S'il arrivait quelque chose à cette sorcière, il y avait peu de chance que je donne ma vie pour elle. Enfin là, n'était pas le propos. Je profitais grandement de caresses buccales.

- Cette femme est grisante... Si Lilith ne l'a réincarne pas en succube à sa mort... elle perdra une sacrée élève. Pensais-je

Après la rumeur, je n'étais pas la seule à penser cela du médecin en question.

Je sentais bien que dans de telles conditions, la matinée sexuelle allait tomber coure et je ne le voulais pas. Pourquoi ? Car c'était mon seul jour de congé depuis le début de cette affaire, je voulais en profiter jusqu'à la dernière goutte.

- Alégia...Soupirais-je

Elle releva la tête comme je l'espérais. Je profitai pour plonger dans l'eau. Je lui pris le bras pour l'attirer vers moi.

- Tu sais que tes une vilaines filles ! Dis-je en la plaquant contre le mur du jacuzzi, ses seins contre les parois. Je profitais de cette position pour parcourir son corps. Elle pouvait sentir tout contre elle mon membre tendu et désireux. Je me faufilai entre ses jambes pour me frotter à elle, à agrandissant notre envie. Je l'embrassais dans le cou. Je sentais son souffle cour. Même mois qui avait une endurance de damné, j'entendais mon corps taper dans ma poitrine. Il était temps d'accéder à la source de son désir. Je la maintenant légèrement pas les hanches pour m'aider à extirper tout notre désir et nous mené à la jouissance.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Dim 2 Aoû - 20:48
Flatteur, ce n’étais pas la première fois qu’un homme était généreux en compliment alors que j’utilisais ma bouche, ou mes seins même à m’en souvenir. En tout cas pour le moment, je le sucé avec passion, faisant bouger ma main sur le basse de son membre et allant d’avant en arrière de plus en plus vite. Je sentais la raideur de son sexe dans ma bouche et j’espérais bien qu’il ne se lâchera pas à l’intérieur. J’avais tellement envie de lui que je lui en aurai voulu de s’arrêter si tôt. Alors que je lui faisais plaisir avec la plus grande douceur, il m’appela. J’arrêtai et leva les yeux vers lui.

« Oui mons… »

Il plongea dans l’eau et me prise pour me relever, puis me plaqua avec violence contre le mur du jacuzzi. Il venait de me faire mal, lors du mouvement, il m’avait fait une clef de bras et mon épaule me faisait mal. Il se mit contre moi alors, je sentais son énorme sexe contre mes fesses. J’avais tellement envie de lui. Oui j’étais une vilaine fille, mais putain qu’est-ce que c’était bon de s’offrir à un si belle homme. Je tournai un peu ma tête, pour le voir, tout en me mordant le coin des lèvres.

« Je suis tout à vous monsieur Hard, mais par pitié faite moi jouir encore une fois, faites en sorte que tout Seattle m’entende crier. »

Il posa ces mains sur mes hanches, je me cambrai un peu, pour l’aider à atteindre le bon trou. Je senti sur le bord de mes lèvres vaginales, son gland, il n’eut aucun mal à trouver le bon endroit et encore moins à y entrer, tellement j’avais envie de lui. Malgré que ce fût la troisième fois cette nuit, son énorme sexe, me fit crier de joie, lorsqu’il entra. De souvenir, j’avais que très rarement eu un amant si bien membré que lui. Il commença alors ces va et viens, me faisant gémir à chaque passage. Afin de faire le mouvement, il recula un peu et à chaque pénétration, j’en profitai pour me courber de plus en plus, pour sentir de plus en plus profond son sexe. A chaque coup, j’avais l’impression qu’il allait me transpercer, me tuant dans un plaisir infini.

« Mon … mon … monsieur Hard … je … je … faite ce que … vous … vous … vous voulez de moi … »

Oh oui, je voulais m’abandonner à son plaisir, être son objet, son esclave. Je souhaitais par-dessus tout qu’il me prenne pour sa chose et qu’il me domine entièrement, complétement et jusqu’à ce mon corps n’en puisse plus. Alors que je pensais ça, il se retira me pris par les épaules et me retourna. Me planquant une seconde fois contre le mur, je l’enlaçais afin que nos sexes soient de nouveau l’un contre l’autre et encore une fois il me pénétra avec violence. Que c’était bon. Qu’est-ce que j’aimais ça. Je tentais de l’embrasser, mais je voyais dans son visage, qu’il laissait son instinct le plus bestial et le plus primaire prendre le dessus. En y repensant, ce n’était peut-être pas la meilleure idée qu’un démon se laisse aller à 100%, je n’étais qu’une humaine et mes pouvoirs ne me permettais pas de le dominer s’il utilisait les siens. Alors qu’il me baissait, je voyais les ombres au sol qui commençait à s’agiter.

« Mon … mon … monsieur Hard ? »

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Dim 2 Aoû - 21:32
Après avoir fait l'amour trois fois de façon si intense, il était clair qu'il devenait difficile de contrôler mes pulsions. C''était l'animal, le démon qui se déployait en moi. Je pouvais le laisser aller complètement, mon apparence était trop horrifique pour une humaine. Ma dernière grande partie de jambe en l'air n'était pas si éloignée, mais lorsque la fatigue physique et mystique due au lever de soleil commençait à se faire sentir, c'était difficile de tout contrôler. La preuve en était que mon corps commençait à émettre des râles de prédateurs venus d'outre-tombe.

Je devais mon contrôle dernière fois encore. Si je prenais ma véritable forme, elle allait mourir de peur. Je le savais cela m'était déjà arriver lors d'orgie étrangement intense, entre démons cela me dérange point, puisqu'il n'y a pas de peur... ici c'était une autre histoire. Mes bras se fissuraient, cicatrise apparu sur ma joue. Je basai les yeux pour ne qu'elle me voit ainsi. Elle pouvait également en sentir sur mon dos. Je plaquai mes mains sur le mur, à présent, c'était elle qui fait tout le boulot. J'essayais de contenu cette puissance en moi.

- Je suis désolée... Dis-je dans un hurlement démoniaque.

Des énormes l'aile de chauve-souris avait jailli de mon dos. J'avais réussi à ne pas prendre ma forme complète, je me sentais soulager. Je la regardais dans les yeux, je voulais savoir... Avait-elle peur de moi ? Je pus ressentir qu'une chose mon désir. Je l'embrassai brièvement, lorsque je réalisais que mes crocs étaient apparus aussi. Je fis un sourire carnassier. Et reprit mon baiser avec plus de bestialité. Je repris ma dance à laquelle je l'avais laissé. Aucune de mes mouvements de reins, mes ailes dévoilées me donnaient de force.

C'était bien beau d'avoir contrôlé ses pouvoirs maintenant, ne fallait pas la déboiter la puissance de mon corps. Je décalai son corps de la paroi pour ne pas le crasser sous mes coups. Je la soutenais par les hanches et je la faisais se trémousser sur mon sexe.

Je soupirais

- Tu es divine...

Je la fis se pencher en arrière pour avoir accès à sa poitrine. Je lui léchai bouton de désire qui frôlait mes canines. Je la redresse et changea de positionnement. Étant une grande femme souple,on pouvait se permettre certaines fantaisies. Je passai une jambe par-dessus mon bras, l'autre presque dans le vide, une autre version de grand écart, bien plus plaisant.Je m'aidais de mes ailes pour faciliter notre ballet charnel. Je permets même d'en rajouter par moment en jouant avec son entrecuisse.

Nos corps vibraient, soupiraient et transpiraient de plaisir de la chair.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Lun 3 Aoû - 18:44
Alors que je tentai de voir s’il y avait le moindre problème avec mon amant, il se mit en position pour que mon corps fasse le plus gros du travail, ce qu’il fit à la perfection. Les coups de bassins étaient de plus en plus intenses. Puis d’un coup, il s’excusa et deux grandes ailes apparurent dans son dos. Mon premier sentiment, fut la peur, puis le désir reprenant le dessus, je ne pus lui montrer dans mon regard, qu’une folle envie de lui, peu importe ce qu’il était. Il m’embrassa, frôlant mes lèvres de ces dents de démons. Allait-il me croquer ? Me dévorer ? Ou seulement se laisser aller à la passion torride de nos deux corps ?

Nous nous décalons du mur et il ne me soutenait que par sa force, m’aidant à m’empaler sur son sexe qui me semblait avait encore grossi. Il me fit alors un compliment.

« Pas divine … démoniaque pour … prendre autant de plaisir … avec vous … »

Je regardais ces yeux, pour voir si ma réponse lui donnait satisfaction. Il semblait ne pas en être mécontent. Puis il utilisa sa forme démoniaque pour relever la difficulté de nos positions. A ce niveau-là, je n’étais plus d’une grande utilité, il pouvait faire de moi ce qu’il voulait et je ne pouvais ni me débattre, ni donner mon point de vue. A chaque coup qu’il me mettait, je ressentais un plaisir de plus en plus violent, de plus en plus grand et de plus en plus incontrôlable. Il n’y avait plus de ville, de balcon, de piscine ou de monde, il n’y avait que nos deux corps qui faisaient l’une des danses les plus folles et les plus envoutantes que les dieux ont inventés. Comment pourrais-je me satisfaire d’un simple mortel après avoir goûté si fortement aux plaisirs démoniaques ?

Il continuait de me baiser de la façon la plus bestiale qu’il pouvait y avoir et tout en me soutenant, il me retourna, afin de me prendre par l’arrière. Il bloque mes bras en arrière et me força à me cambrer le plus possible afin de me démonter comme il le faisait si bien. C’est alors que je me rendis compte que nous étions proche de la rambarde (donc du vide) et que ces coups, ne faisaient que nous rapprocher du grand saut. Comment n’ai-je pas pu voir ça avant ? Ma passion était à son comble, mon corps n’en pouvait plus, il brûlait de toutes les flammes qui pouvait exister sur Terre.

« Mon … monsieur … Hard … je … je … vais … Je n’en peut … plus … ma chatte … n’en … »

C’est alors que je sentit son sexe se contracter.

« Pas dedans … monsieur … Hard. »

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Lun 3 Aoû - 20:25
Je ricanai à ses mots, je l'agrippai par la mâchoire avec brutalité.

- Ne me dit qu'à notre époque, tu n'as pas un implant... Lui répondis-je

Je savais très bien qu'elle ne prendrait jamais le risque de tomber enceinte. De plus, à aucun moment, elle ne m'avait suggéré de se protéger. Moi, je ne risquai pas de mourir d'une maladie sexuellement transmissible, mais c'était une autre histoire pour elle... Elle voulait du risque, elle aurait du risque.

Je l'ai mordillé dans le cou et j'y allais de plus en plus fort, de plus en plus... J'émis d'un cri bestial pendant ma jouissance. Ce dernier coup de reins nous écrasa contre la balustrade de verre, nos têtes dans le "vide". Je tombai en arrière, nu dans la piscine. Mes ailes percées m’alourdissaient, je coulais, arrivé au fond, je me mis à nager vers la surface et me redressa faisant disparurent mes ailes.

Je regardait ma partenaire, nu contre le balcon, ses cheveux au vent, baignés par la lumière du lever de soleil. Elle était merveilleuse ma belle. Je m'approcha d'elle et l'embrassa d'un baiser anormalement tendre pour moi et pour elle. Je la regardai droit dans les yeux

- Et si on allait se doucher. Proposais-je

Je ris voyant l'expression sur son visage.

- Non, non juste une douche... Je pense qu'il serait donc de vraiment se mettre à travailler. Lui dis-je

Cette femme...

- Mais bon si tu insistes... Je suis toujours prêt. Lui dis-je en l'embrassant chaudement.

J'entendis la porte de mon appartement s'ouvrir, une femme apparut dans l'entrée et arriva jusqu'à la baie vitrée. Celle-ci devait avoir une quarantaine d'années, elle portait un tailleur noir.

- Monsieur Hard ?

- Oui Agnése...Je croyais vous avoir congédié aujourd'hui. Dis-je à ma femme d'ouvrage

- Je suis désolée de vous déranger... mais les voisins demandent à faire moins de bruit en faites.

Je ris aux éclats

- Ils osent dire à leur patron de faire moins de bruit ?

Agnés était de plus en plus gênée par la situation. Non pas par ma nudité, mais plutôt par sa demande.

- Qu'ils aient baisé en enfer ! Si je les croise, c'est qui risque d'arriver. Répondis-je

Mes pauvres voisins, il y a moins d'ans de cela, il avait un vieux bourreau de travail. Ayant que de la visite, une fois par mois... Mon père, avec l'âgé, était devenu plus voyeur que pratiquant. J'ai pu le contacter avec certains membres de son personnel : secrétaire, femme de chambre... Il avait un certain gout pour leu imposer une tenue de travail particulièrement sexy. Je fis signe à la dame de partir, elle ne se fit pas priée. J'admirais la beauté que j'avais près de moi... Imaginant la belle, en déguisement sexy. Toutes ses idées m’émoustillaient.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Lun 3 Aoû - 20:46
Bien sûr que j’avais un implant, mais je ne voulais pas qu’il m’éjacule dedans. Il me prit par la bouche, me tirant en arrière pour me mordre le cou. Hum, je n’en pouvais plus et lâcha un cri que tout l’immeuble dû entendre. Il avait l’air d’avoir jouis en même temps que moi, je sentais un flot de liquide dans mon intérieur. Alors qu’il se retiré pour aller dans la piscine, je reprenais à peine mon souffle, la tête dans le vide. Je n’avais plus la moindre force et je sentais couler entre mes jambes, son sperme qui avait rempli mon vagin. Je me retournai, et en pris un peu en main pour le gouter. Exquis. Il sorti alors de la piscine pour m’embrasser tendrement. Pas de bestialité ? Pas de désir ? De la tendresse ? Il ne m’avait pas embrassé une seule fois de cette manière de la nuit.

« Monsieur Hard, n’oublions pas que c’est uniquement une histoire de plaisir, pas de sentiments. Même si j’ignore si les démons peuvent en avoir. »

Il me proposa alors d’aller se doucher et directement dans mon esprit j’imaginais baiser pour la quatrième fois dans sa salle de bain. Image qui avait dû se lire dans mon regard car il rigola de suite.

« C’est vous qui voyez monsieur Hard, vous savez que je suis tout au service de votre famille. »

C’est alors qu’une dame arriva et semblait être une employée d’Ethan, elle lui expliqua que des voisins se plaignaient du bruit. Ce qui me fit rire.

« Monsieur Hard, ces gens sont justes jaloux. »

Je me relevai comme je pouvais, je n’avais réellement aucunes forces et le sommeil commençait à se faire sentir. Nue, je traversai le balcon pour prendre mon sac à main dans le salon. Des pilules d’énergie voilà ce qu’il me fallait. Je passé souvent des nuits blanches et j’avais donc pris l’habitude d’avaler ces petits coups de boost quotidien. Avec ça, juste besoin de deux heures de sommeil. Alors que je marchais, je sentais encore son liquide couler le long de mes jambes.

« Monsieur Hard, j’aurai apprécié que vous vous lâchiez dans un autre endroit que dans ma chatte. Comprenez que c’est assez dérangeant et… »

Il me prit la mâchoire dans ces mains et rigola.

« … vous avez raison, vous avez tous les droits monsieur Hard. »

Je le suivais alors dans la grande et spacieuse salle de bain. Mon esprit était un peu plus clair et je ne m’arrêtais pas que sur son corps.

« Monsieur Hard, c’est un trait de caractère de votre famille que de dominer, je le sais, mais qu’est-ce que vous ressentez lorsque vous dominez une femme ? Quand vous lui faites peur ? Qu’est-ce que vous avez ressenti en baissant avec moi ? »


_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Lun 3 Aoû - 21:22
On était arrivée jusqu'à la salle de bain. Elle contrastait avec le reste de l'appartement avec son marbre noir au sol et le mobilier : douche, baignoire et évier. Face à l'entrée deux lavabos et un grand miroir aussi grand que le mur. De nombreux produits de beauté jonchés le meublent. Le tapis de salle de bain était doux et moilleur sous nos pieds. À notre droite une baignoire assez grande pour 3 personnes. À gauche, une douche à l'italienne et une porte donna accès à un hanap.

À voila la psy se réveillait. Je soupirai. Mes ombres s'entortillèrent autour de son corps, et la projetaient contre la paroi de la douche. Elle voulut parler, mais je la baillona une soie d'ombre. Je contrôlais son corps... Mes pouvoirs pouvaient lui serrer la gorge, j'exerçais une pression. Je vis la peur en elle. Cela m'excitait... M'agenouilla et commença à nettoyer son fruit défendu. Ma langue dansait dans sa caverne à désir. Je retirai les liens pour l'entendre soupirer.

Elle me cherchait, ce n'était pas possible autrement. Elle savait bien que le terme domination avant une importance folle chez nous. Enfin surtout chez les démons inférieurs qui avaient été les esclaves de l'Ordre démoniaque. La nouvelle génération comme mon frère n'ont jamais vécu en Enfer. Il ne savait pas ce que c’était que la véritable soumission. Depuis que nous étions libres sur terre, nous avions tout fait pour prendre les rênes du monde des hommes. Jamais, je ne redeviendrais un être soumis, un être inférieur !

J'embrassai son corps avec gourmandise, je montant vers sa poitrine ça bouche. Ma main n'avait pas quitté son entrejambe et jouait avec...

- Rappelle-moi d'implorer Lilith de te réincarner. Lui susurrais-je à l'oreille. En tout cas, tu as toutes tes chances en tant que Succube, tu n'auras pas besoin de passer par la case travaux pratiques. Dis-je amuser.

Je vis dans son oeil la fatigue. Je compris qu'on était à la fin de l'endurance des humains, j'étais triste. Je me distrayais tellement avec elle. Puis je me rappelais qu'un truc qu'un incube avait appris. Je fis sortir mes crocs et mordues mon bras du sang en coula. Mon hémoglobine n'était pas comme celui des hommes, ils étaient ébène. Ma mère m'avait racontait que dans des temps anciens, certaines tribus traquaient les démons pour leur sang réputaient guérisseur, aphrodisiaque, antidouleur... L'incube, en question, m'avait assuré que notre sang était une boisson énergisante fois 100 et autre chose. Il ne savait pas trop comment l'expliquer, mais ses partenaires avaient l'air de planer. Mais bon, je n'étais pas un incube, l'incarnation du sexe et de l'envoutement. Moi, j'étais un démon de la peur. Cela pouvait donc être bon comme mauvais pour elle.

- Bois lui proposais-je

Mon poignet devant sa bouche. J'allais arrêter de l'exciter pour connaitre sa réaction.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Lun 3 Aoû - 21:45
Alors que je posais mes questions afin de comprendre mieux ce qui était en face de moi, il eue une réaction étrange. Il utilisa ces ombres pour me ligoter et m’envoyer contre la douche. Il avait une force sans limites et je fatigué de plus en plus. Il s’approcha de moi et malgré la fatigue, je sentais une pointe de désir qui revenait. Je m’imaginais, ligoté et torturé par ces soins. J’imaginais son sexe gros et dur contre mes plus intimes intimité et me parlait comme si j’étais son esclave. Il se mit alors à genou devant moi et força mes jambes à s’écarter afin de me lécher.

« Hummmm, oh oui. »

Sa langue était une merveille. Elle savait exactement mes points sensibles. Il remontait peu à peu, laissant sa main, le plaisir de me caresser et de faire grimper mon désir. Alors qu’il me mordiller les tétons je commençais de nouveau à imaginer les pires tortures sexuelles qu’il pouvait me faire.

« Maitre je … je … »

Il me félicita et eu même la bonté de mon comparer aux succubes. Il me regarda ensuite dans les yeux et y vit quelques choses. Ma fatigue était plus grande que mon désir. En tout cas il se mordit et me proposa son sang, m’ordonnant de le boire.

« A vos ordres, bien entendu. »

Mes lèvres se posèrent sur sa plaie et je léchai le sang qui coulait doucement. A peine quelques gouttes avaient suffi à me faire reculer la tête le plus violemment possible. Son sang, brûlait ma gorge et c’était impossible d’apprécier ça. Une ombre me fit tenir la tête droite et il me força à prendre encore quelques gouttes. J’eus l’impression que mes yeux allaient exploser et alors que je criai de peur, il se mit à me caresser l’entre-jambe de nouveau. Ma situation semblait l’exciter, mais à bout de force, mes muscles lâchèrent, brulant de ce breuvage. Ces ombres me forcèrent à rester debout et alors que je reprenais conscience peu à peu, une nouvelle force m’habita, une idée de me défendre. Il pouvait me dominer, mais il ne pouvait rien faire contre le temps. Mes yeux prirent une teinte jaune et brillèrent. Il fit un sourire et m’embrassa, frottant son sexe dur contre le miens et alors qu’il pensait que j’étais de nouveau ouverte à lui, le temps lui-même défila et nous lâcha au beau milieu d’une forêt, tous deux entièrement nue. Par fatigue, je fermai les yeux et laissa mon corps tomber au sol.

« Maitre, ne … touchez … touchez … à rien … votre passé … »

Je n’avais plus la force de dire mot et alors que je prenais l’herbe pour la plus parfaite des couettes, j’entendis au loin, deux paysans qui parlaient des terres du seigneur et du bois pour le bucher. J’aurai bien apprécié avoir un peu de force pour voir sa réaction lorsqu’il verrai se mère bruler une seconde fois.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mar 4 Aoû - 11:11
- Salope. Lui dis-je

Je devais me douter que cela pouvait arriver. Mais enfin, j'aurais essayé. La prochaine fois je lui proposerai les larmes de Lilith. Eh oui, notre chère déesse proposait son sang et ses larmes en bouteille : énergétiques et aphrodisiaque, un met très délicat et très cher.

D'après l'odeur, la lumière et les gens, on était fin du moyen âge. Je mis un foil d'ombre sur elle pour que personne ne la remarque. Puis disparu dans la brume. Je devais nous trouver de vêtement, ce qui n'était pas évident, les paysans de l'époque n'était pas connu pour avoir de nombreux habits.

Je trouvais sur un fil, un drap tendu et une toge. Je les pris discrètement et enfila la tenue. Je pris le drap pour la demoiselle et retourna vers elle.

Je lui mis telle une robe antique. Je saignais encore... je pris donc un bout du drap pour me faire un bandage. Je la portai sur mon épaule et essayai de trouver un lieu. Cet endroit me disait vaguement quelques choses, mais cela remontait à si loin, comment savoir si...

Alors, je le vis...enfin me vis... Je n'étais pas bien grande à l'époque, pas plus 1m65. Ce qui n'était pas mal pour un enfant de cette âgée. J'étais très maigre, j'avais tout d'un enfant de la campagne. Il me regarda fixement et je fis de même.

J'entendais les voix de villageois hurler

- Tuons la sorcière et son fil... Enfant de satan.

- Cache toi petit. Lui dis-je

- NON

Que pouvais-je être bête à cette époque. Pour ma part, je couru me cacher derrière une maison. Je viens alors le garçon (moi), aller vers une fermette et frapper à la porte. Une jeune fille de 14ans avec des nattes lui ouvrit, ils se dirigèrent vers l'étable.

Je souris, tout à coup mes 1ers ébats me revenaient en tête. Je voyais dans mes souvenirs, cette demoiselle retirer sa robe de nuit, moi vibrant d'envie. Elle était tout aussi menue que moi, à peine une poitrine naissante. Puis la réalité me ramena à la raison, les paysans arrière avec les hommes d'église brayant pour ma mise à mort. Mais pourquoi, je passais du bon temps au lieu de fuir ?

Je compris... Ce village transpirait la peur, pour un jeune adolescent comme moi, je ne pouvais plus réprimer mes pulsions primaires. Un cri perçant jailli de la grange...

Merd... Put... Je l'avais oublié se détaille. Ma première fois avait été catastrophique. Je vais déjà tâté assez longuement le terrain, mais je n'avais jamais été jusqu'à l'acte en proprement parler sauf ce jour-là.

La fille sortie terrifiée nue... vers le groupe d'homme. Elle n'arrivait point à parler. Mon moi du passé apparut, telle une ombre démoniaque avec son corps et ses ailes noirs. Il essayait de fuir en s'envolant, mais des archées le transperçaient. Il hurla de douleur. J'en avais encore la chair de poule. Ses flèches bénites m'avaient à tout jamais interdit de voler.

C'est alors qu'une ombre immense et démoniaque apparut. Elle devait faire plus de 3m de haut, les yeux rouges et les ailes vendant l'air. Les hommes se mirent à courir, les hommes d'Église essayaient des prières vaines. Il courut en direction de cette ombre maternelle. C'est alors qu'une flèche lui transperça le dos, celle-ci était reliée à une corde. Le chevalier la tenait et le ramenait vers lui.

Je pouvais regarder plus loin, je savais très bien ce qui allait arrêt. Ma mère allait faire un deal  : sa capture contre ma libération et mon exclusion de leur ville.

Je me retournai et pris mon courage pour me déplacer et aller en un lieu plus sécuritaire, le temps que ma chère pythie se réveille. Je cherchais dans ma mémoire. Ça y est... Soeur Solange. Je courus vers le monastère situer au centre du village. Avec la cohue qu'il y avait, personne ne me remarqua. Je frappa à un petite porte derrière le bâtiment. Une superbe femme pour l'époque, les hanches bien rondes et les visages doux, telle une mère protectrice.  La dame me regarda

- Oui

- Solange, j'ai besoin de toi.

- Zaer c'est toi... Mais...

- Oui je sais... soucis de Pythie lui répondis-je en montrant la femme sur mon dos.

Elle me fit entrée sans rien dire. Officieusement, Solange était une des gouvernantes des hommes églises. Officiellement, c'était une succube programmée pour corrompre la religion et ses membres.

- Comment m'as-tu reconnu ?

- Tes yeux, on en voit pas des aussi bleu partout.

Elle me fit signe de déposer Alégia sur son petit situé dans un coin d'une petite cuisine. Je m'affalai sur une chaise devant la table.

- Dure journée ?

- Heureusement, je suis en congé. Dis-je avec humour.

Elle ne comprit pas. Ah oui à cette époque ça n'existe pas les vacances.

Je n'avais plus qu'une chose à faire attendre.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mar 4 Aoû - 20:42
Me reposant toujours sur l’herbe, oscillant entre le sommeil et la réalité, je sentis que l’on me faisait bouger et que des vêtements étaient mis sur mon corps. La personne n’avait pas l’habitude d’habiller une femme, ça se sentais. C’était Ethan à première vue. Je rigolais intérieurement, il prenait soin de moi. Peut-être avait il comprit que j’étais son seul ticket de retour. Après quelques minutes qui furent suffisant pour m’endormir, je sentis cette fois-ci que l’on me porté. Puis la personne marchait. Entre rêve et réalité, je m’accrochai à son cou et murmura.

« Maitre, prenez moi encore. »

Mes songes étaient encore plus pervers que la réalité. Mais ça restais un rêve. On me posa alors sur une surface assez dure. Une table à première vue. Puis même si inconfortable, cette table fut mon lit pour les heures à venir.


********


Lorsque je me réveillai, j’aperçus une demoiselle d’une grande beauté à côté de moi.

« Il a l'air brutal maintenant, ce n'est plus l'enfant que j'ai connu a ton époque. Tu as plusieurs blessures comme si tu avais percuté des murs à grande vitesse. »

Je souriais.

« Il est assez violent comme homme, mais j’apprécie. »

Elle rigola et se pencha à mon oreille.

« Moi aussi j’apprécie ce genre de comportement. Mais jamais je n’ai la chance de m’accoupler avec lui. Il semble être un bel homme maintenant, il doit avoir de la puissance. »

Elle posa sa main entre mes jambes et remonta pour atteindre de mon intimité.

« Je sais que tu sais ce qu’il est. Et vu tes pouvoirs, je peux te dire que je suis comme lui. »

Murmurant la dernière phrase, elle me lécha l’oreille. Mais dû s’arrêter lorsqu’un prêtre entra dans la pièce.

« Ma sœur, j’ignorai que vous receviez une des enfants de Dieu. Mais, une affaire assez urgente réclame votre attention, le palatinat a trouvé un être démoniaque et nous allons le purifier. Avez-vous encore en stock de l’huile pour le bucher ? »

Vu les us et coutumes de cette époque, je savais que ma féminité me plaçait au second plan par rapport aux hommes. Mais je tentai le coup.

« Mon père, un démon vous dites ? Est-ce l’homme ? »

« Non mon enfant, sa mère qui a accepté d’être brulée vive en échange de la liberté du garçon. Mais des chevaliers sont déjà à sa poursuite. »

La démone répondit.

« Je n’ai plus d’huile pour le bucher, mais la réserve de l’église devrait en avoir. Je suis désolée de ne pas pouvoir vous aider plus mon père. »

Il partit alors et dans le regard de la sœur, je pus voir une détermination neuve.

« Tu es en lien avec Zaer ? Alors tu dois m’aider à sauver sa mère. Elle a un rôle dans les plans d’en dessous. »

Nous ne pouvions changer le passé. Et par ma question, je venais de le faire. Si je n’avais pas posé la question sur l’origine du démon, la sœur n’aurait pas pu savoir et n’aurai peut-être pas voulu la libérer.

« Nous ne pouvons rien faire. Changer votre époque aura des répercussions dans le nôtre. »

C’est alors qu’Ethan apparu dans une ombre, la sœur se tourna vers lui directement.

« Zaer, ta mère va se faire tuer par l’église, nous devons l’aider, notre seigneur sera fâché d’apprendre sa mort. »

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mar 4 Aoû - 21:20
Je souris d'un air bestial

- Solange... la ferme. Criais-je d'une voix dominatrice

Je vis dans son regard la peur.

- comment... Babluta-t-elle. Tu es... un véritable démon... de la peur... On dirait ton chef.... Quel âge as-tu ?

Sa question était pertinente, plus un démon était âge plus il était puissant et donc supérieur.

- Je ne te le dirais pas, mais sais que je suis plus âge que certain de nos supérieurs.

- Tu as donc survécu malgré tout... Et je vois que tu ne subis plus la faim, ta condition s’est bien améliorée.

- On dira ça.

- Pourquoi... Pourquoi ne veux-tu pas sauver ta mère ?

- Tu comprendrais que nous sommes que des pions pour l'ordre... Un démon meurt un autre devient leurs favoris...

- Tu...Toi ?

- Peut être un peu jeune. Dis-je pour noyer le poisson

En tant que favoris, j'avais eu de nombreux avantages : libre cours à mes pouvoirs, liberté presque totale sur terre, niveau de vie correcte... C'était triste, mais si ma mère survit, j'allais certainement disparaître.

- Alégia es-tu dispo pour qu'on revienne dans le présent. Tes conneries m'amusent un temps, mais là cela devient trop long. Plus on attend, plus cela devient dangereux pour la courbe du temps. Tu le sais mieux que personne. Dis-je d'une voix déterminée

La succube avait abasourdi de me voir ainsi.

- Flut... Tu es... un prince démoniaque... tu as l'aura d'un prince...

Elle me sauta au cou sans cri égard et m'embrassa chaudement. La salope, elle essayait de m’envoûter. Mes yeux s'illuminèrent et mes ombres commençaient à se nouer autour de son cou, tout en la reposant.

Je ne voyais pas de peur dans son regard, mais du désir.

- Waouw... quelle puissance, quel... hum. Que Lilith me ramène pour ne pouvoir avoir ton âme.

Les succubes étaient connus pour voler l'âme de leur victime par la dépravation. Plus l'âme était ternie, plus la victime avait des chances de se retrouver enfer...Esclave à tout jamais de nos rois.  
Par "Ton âme", je supposais qu'elle voulait dire le contrôle sur moi et surtout mon corps. J'étais assez flattée qu'une succube pense cela de moi.

- Bon alors Alégia ! Dis-je fermement

Je lâchai Solange espérant qu'elle allait calmer ses pulsions. Ils étaient vrais qu'à cette époque, il était très rare de voir des démons de mon niveau sur terre. Je ne savais plus trop quand les ordres démoniaques avaient perdu le contrôle sur nous... mais cette liberté nous avait permis de nous reproduire et de croître sur terre en toute discrétion. La fin de la chasse aux sorcières avait également aidé. Enfin bref, je voulais partir au plus vite.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mer 5 Aoû - 8:49
Je regardais Ethan et la sœur parler des démons, je me levais de cette table qui était en fait un lit pour regarder s’il n’y avait pas à manger quelques parts.

« Alégia es-tu dispo pour qu'on revienne dans le présent. Tes conneries m'amusent un temps, mais là cela devient trop long. Plus on attend, plus cela devient dangereux pour la courbe du temps. Tu le sais mieux que personne. »

Je sursautai, ne m’attendant pas à ce qu’il me parle sur ce ton. Je le regardai en souriant.

« Je … »

Mais la sœur me coupa net, embrassant Ethan. Je les laissai continuer, me disant qu’elle avait sûrement envie de lui aussi. Je continuai ma recherche de nourriture, je me sentais un peu faible.

« Bon alors Alégia ! »

Je sursautai une seconde fois.

« Bien entendu maitre. »

Je m’approchai de lui, me collant dans son bras de libre. La sœur ne voulait pas lâcher l’autre.

« Par contre, elle ne peut pas venir, elle doit rester ici. »

La sœur recula de quelques pas, je voyais bien dans son regard qu’elle ne souhaitait pas abandonner Ethan. Ambitieuse ? Sûrement vu les paroles qu’elle eut. Je fermai les yeux et me concentra vers notre époque. Exactement l’endroit où nous étions, la salle de bain, la position, tout allait revenir comme à cette époque. Mes yeux brillèrent de nouveau et alors que nous allions partir vers notre présent, je sentis une troisième présence. Embarqué dans mon sort, je ne pus pas prévenir Ethan.

***

Épuisé par toute l’énergie qu’il m’avait fallu pour revenir dans notre époque, je m’écroulai dans les bras d’Ethan. Ce dernier, ne me rattrapa pas et les sons qui étaient autour de moi, me fit comprendre qu’il était occupé à crier sur quelqu’un. La sœur. La salope, elle c’était agrippé à lui juste avant de nous téléporter. Je tombais alors, mais fut bien vite rattrapé par deux bras.

« Une demoiselle a perdu connaissance. »

Ouvrant les yeux, je remarquai que nous étions en plein milieu d’une foule.

« Amène la dans cette auberge, le docteur y est avec Victor. Mais dépêche-toi. »

L’homme me porta sur son épaule et alors qu’il traversait la foule, je me rendis bien compte qu’Ethan, trop occupé à crier sur la sœur, ne m’avait pas vu partir. La foule était immense et la tenue assez particulière, mais facilement reconnaissable. Autour de nous, la révolution française du 14 juillet 1789 faisait rage. Les gens étaient armés de tous ce qu’un paysan ou un artisan pouvait trouver et au loin des batailles faisaient échos dans la ville. L’homme entra dans une auberge ou plusieurs hommes discutés.

« Docteur, je vous ramène cette demoiselle, elle était dans le cortège qui partait vers la Bastille et elle s’est évanouie. Elle semble assez pâle, fortement maigre et assez fragile. »

On me mise sur une chaise et un homme plutôt beau et assez bien vêtu s’approcha.

« De la nourriture, aubergiste une bonne soupe pour la demoiselle. Mademoiselle, je suis le docteur Richnel, souffrez-vous d’autres mots ? »

Je fis non de la tête. Il se releva et parla avec l’homme qui m’avait emmené.

« Surement une fille de joie pauvre. Regarde ces vêtements, elle semble être d’une famille paysanne et sa maigreur laisse supposer qu’elle ne mange pas à sa faim. Regarde ce que la royauté cause comme mots dans notre société. Dans une société plus juste, elle ne devrait pas se prostituer pour survivre, maigre comme elle est, elle ne pourrait même pas survivre à un accouchement. C’est pour elle que nous devons nous battre. Pour toi, pour tous ceux qui se font voler par le roi. Je vais rester avec elle. »

La soupe arrivant, il la prit en main et se rapprocha.

« Buvez jeune fille, une fois que vous aurez recouvert vos forces, vous pourrez retourner renverser le roi. »

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mer 5 Aoû - 10:52
Si je n'étais pas un plein milieu de la folle, il y avait énormément de chance que je la tue pour son geste. À cause d'elle, j'étais encore dans le passé. L'époque de la révolution était bonne pour moi, les nobles avaient peur du peuple.

Je poussai Solange dans une ruelle.

- Salle traitresse. Criai-je

Je retrouvai plus ma pythie dans tout ce foutoir. Je disparus en ombre espérant la retrouver. Je la vis au loin emmenée par des hommes dans une auberge. Je connus quelques quartiers même si ce n'était pas durant cette période.

Il y avait à quelque rue un couturier, hélas, je n'avais pas l'argent pour payer... quoi que. Je me rappelais vaguement comme je faisais dans des temps révolus. J'invoquai une ombre, celle allait se faufiler à l'intérieur voir s'il avait quelqu'un si c'était le cas, crée une diversion. J'avais une connexion avec mes invocations donc je pouvais voir à travers elle.

La porte était fermée, il devait faire révolue avec le reste ou se cacher, tout dépendait à sa noblesse. Mon "ami" ouvrit et je me faufilai derrière lui. Je pris un costume d'époque et une robe. Je me sali et déchira un peu mes vêtements pour paraitre un pauvre de la ville.

Bon je pouvais enfin marcher sans crainte. J'allai donc à la taverne et je la vis. Elle avait l'air encore plus épuisé.

- Jeanne...Qu'est-ce qui t'a pris encore. Dis-je

J'appris un nom bien français pour nommer Alégia.

- Merci de prendre soin d'elle. Dis-je à l'homme. La faim lui fait faire bien des folies... Dis-je en montrant la robe à bras.

- Hum... je comprends un peu mieux. Répondit-il

Je laissai la demoiselle manger. Je voulais paraitre le plus naturelle possible.

- Qu'est-ce que je vous dois pour la soupe. Lui répondis-je sachant que je n'avais rien

- Rien Monsieur. Est-ce votre fille ? Demanda-t-il

Put... la claque que je me prenais dans la gueule. Mais pour les critères d'âge était différent en se temps là. En plus, 17ans de différence entre père et fille était tout à fait possible.

- Hum disons plutôt ma dame de coeur. Dis-je

L'homme me regarda étrangement. Rrrrg, je devais vraiment faire attention à mon vocabulaire. On ne pourra pas me retirer mes siècles de cultures et études.

J'assis près d'elle, mis mon bras autour d'elle de façon tendre. Je connaissais un endroit où je pourrais trouver un produit qui l'aiderait.

- Fini ta soupe mon amour, met ta robe et on rentre. Lui dis-je avec douceur

Mes gestes ne me ressemblaient pas, mais cela ne sonnait pas faux pour autant. Après 15min de repos et de gestes tendres.

Je me levais et l'aidais à marcher.

- C'est bien gentil, Monsieur, nous allons nous débrouiller. Répondis-je quand le médecin insista.

Arrivé dans la rue.

- Suis-moi.

Je nous conduisis vers des rues bien mal fréquentée et sombre, sentant urine et la bière. Il y avait beaucoup de monde devant une taverne, enfin de monde... de dames de bonne fortune.

Je frappai à une porte dérobée, connue pour être le cachet de prostituée de l'époque.

- Oui ! Répondit une jeune fille

- J'aimerais voir Kelen. Dis-je

Je fis à travers l'ouverture que ses yeux s'écarquillai. Elle me fit entrer. Elle était petite, une apparence d'une enfant de 12ans. Nous la suivions, on descendait, parcourant des couleurs étroites pour monter. La pièce était très luxueuse, ce qui contrastait avec le reste du bâtiment. Là dans un immense sofa de velours, un homme bien charpenté était entouré de 5 demoiselles très peu vêtues.

Il se leva en me voyait, la jeune fille fit une révérence avant de partir. Il était très habillé, portait juste un lourd manteau de velours. Il était entièrement nu.

- Tu me ramener une fille pour ma collection. Jolie, mais un peu maigre. Répondit-il en l'observant

Je ris

- Non, Seigneur Kelen, j'ai besoin de vos services... Cette dame est mon ticket vers mon époque.

- Eh elle ne te conduira pas bien loin vu son état.

- Vous avez tout compris.

Les filles derrière lui étaient en train de faire des choses sexuelles entre elles.

- Mes chéries, l'une d'entre veux bien donner une chambre à ses jeunes gens.

- Oui Sir. Dis une demoiselle châtaine aux cheveux bouclés

- La plus jolie.

- Certainement Sir.

Je fis que Alégia n'en pouvait vraiment plus, je l'apportai dans mes bras. Avant que je ne sorte, Kelen s'approcha de moi, une main sur l'épaule et me susurra des choses à l'oreille.

Je lui souris

- Sir, dans l'époque d'où je viens, je suis aussi puissante que vous. Votre magie n'a aucun effet... mais bien essayez.

Enfin, nous allons pouvoir nous reposer, même je sentais la fatigue...tous ses voyages m'épuisaient également. Garder ses pouvoirs quand on voyage de monde en monde n'était facile quand on était une pythie.

Nous avions droit à une petite chambre à la tapisserie fleurie. Il y avait un lit à baldaquin avec de lourdes couvertures, de nombreuses bouteilles sur une grande commode. Cela devait être de l'alcool ou d'autre substance tout aussi enivrante.

- Vous avez besoin de quelques demandeurs Mariette. Dit-elle avant de nous quitter.

Je savais que ce n’était pas le meilleur endroit pour se reposer avec cette atmosphère qui transpirait le charme. Mais bon je ne savais pas où aller. Je déposai la belle avant de m'assoir sur le lit et mettre ma tête entre mes mains pour reprendre mes esprits. L'envoutement de Kelen n'avait pas marché, mais je sentais quand même légèrement ses effets.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mer 5 Aoû - 17:53
Ethan entra dans l’auberge, il portait des vêtements de bonne facture pour l’époque. Il discuta avec le docteur afin de faire croire que j’étais son épouse. Il m’aida à me relever, j’étais toujours aussi faible, mais Ethan m’aidait bien. Puis une fois dehors, il ne m’aida plus et me força à aller dans d’autres rues.

« Maitre, … je veux … rentrer. »

Mon esprit s’effaça quelques instants et je ne compris pas grand-chose avant d’être dans cette chambre. Ethan s’installa à côté de moi. Malgré la soupe, il me fallait bien plus à manger, je regardais Ethan d’un air assez vague.

« Vous … vous … voulez bien … me … ramener … un plat … consistant. »

Tout en râlant, il sortit de la chambre. Mais au final, tout ceci était ça faute, s’il ne m’avait pas fait boire son sang, je n’aurai pas tenté de me défendre et nous n’aurions pas fait le premier voyage. Puis il a fallu que cette pute veuille à tout prix venir avec nous et qu’elle me pompe mon énergie. Qu’elle crève cette trainé. La porte de la chambre s’ouvrit, il avait déjà trouvé de quoi manger. Je me retournai pour voir l’homme avec qui il avait négocié ce coin de repos. Il s’approcha du lit et je voyais dans son regard, qu’il avait un mauvais coup en tête. Pas le temps, ni l’énergie, il me toucha et je ne pus me défendre.

D’un coup, comme si des centaines de drogues du désir avait été injecté dans mon corps, je ressenti une envie folle de lui, d’Ethan, de toutes les filles qui étaient ici et plus encore. Je tremblais d’un désir infini et commencé à me caresser. Mon maitre entra quelques secondes plus tard et l’homme se leva en levant les mains.

« Trop tard mon cher ami. Trop tard. Elle est plutôt mignonne ton amie, un peu maigre, mais ça pourrait plaire à une certaine clientèle. J’ai très bien compris que tu avais besoin d’elle pour retourner chez toi. Mais tout ce paye dans la vie, tu veux mon aide, alors tu vas devoir accepter mon accord mon grand. Elle reste ici et tu repars avec une vieille pythie qui me doit un service, tu verras elle est charmante cette Marguerite Legrand, un vrai charme. Bon j’ai dû lui arracher la langue car elle parlait trop, mais elle peut toujours te ramener. Et en échange je garde la demoiselle et elle devient une de mes filles. De toute façon, tu ne peux pas refuser, j’ai mis le paquet sur elle et elle n’aura pas la force de t’aider. Hahahahhaha. »

L’homme tendit alors la main vers Ethan. Moi en attendant, je me levais comme je pouvais, me caressant toujours le corps, plongeant ma main au niveau du sexe de ce charmant monsieur et lui léchant le cou. Hummm j’avais tellement envie d’un homme que j’aurai baisé n’importe qui.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mer 5 Aoû - 20:14
- Sir, je peux pas... Cela pourrait changer le cours du monde et vous le savez pertinemment. De plus, Alégia Legrand est la descente de Marguerite... si j'accepte votre proposition, vous la perdrez.

Il me fixa pour savoir si je mentais ou pas.

- Hum... C'est vrai que des Pythies ce n'est pas courant. Un pouvoir rare transmis de mère en fille. Bon, admettons que je te crois. Que proposes-tu ?

Je réfléchis un moment, un long moment... Je regardai la belle qui était fortement excitée, ce qui me donnait des envies, je devais l'admettre

- Le seigneur que je connais, est assez, eh comment dire, voyeur... cette demoiselle est douée et pour ma part, j'ai de nombreux siècles expériences... de plus mes pouvoirs rajouter du piment. Lui répondis-je sans me démonter

- Hum... il est vrai qu'on ne peut pas la laisser ainsi...Dit-il en s'approchant d'elle en la caressant charnellement.

Je déglutis, je commençais à sentir les effets de l’envoûtement de Kelen sur moi. Il me donnait des visions dans la tête, des images d'orgies... Cela fait plusieurs siècles que je n’en avais pas fait. Il avait trouvé un point faible là.

Une femme arriva derrière moi, prit ma main et la mit sur sa poitrine.

- Cette chambre est un peu petite pour nous tous. Allons dans ma salle privée. Alexine, S.t.p.. Dit Kelen d'un signe

Elle me téléporta dans une pièce du maitre. Je commençais à m'inquiéter, j'avais peur qu'il ne revienne pas, mais ma solitude fut de courte durée, il vient chacun à la suite des autres. Des femmes en petite tenue arrièrent également. Je devais avouer que les sous-vêtements de l'époque n'étaient pas des plus charnels. Je préférais vraiment la lingerie infinie des temps modernes. Mais certaines portaient des robes transparentes et des corsets assez raffinaient ce qui ne me déplaisait pas.

Deux femmes me poussèrent dans l'immense sofa. Kelen se positionna devant moi avec Alégia devant lui. Il caressa ses zones érogènes et lui lécha son cou. Je vis à ses crocs de prédateur. Je déglutis. J'étais hétéro, mais l’envoûtement était si puissant et j'étais si épuisée que j'avais du mal à ne pas trouver cet homme séduisant. Les deux demoiselles qui m'avaient positionnée s'installèrent de chaque côté de moi, commençant à me déboutonner, me caresser et à me lécher le cou. Je vis ma Pythie va ciliée, elle n'allait pas tenir le coup. Je voyais bien, mais j'arrivais à me redresser...Put... d'enchantement. Une femme extrêmement belle pour l'époque s'approcha d'Alégia et l'embrassa chaudement. A deux, ils la maintenaient en place. Je soupçonnais cette femme d'être une succube, lorsque qu'elle se mordu la langue avant de faire un patin à la psy. Je crus que cela allait être sa fin... un envoûtement du désir, plus un puissant aphrodisiaque, son corps ne le supporterait pas. Je vis ses pupilles s'ouvrirent en grand... Lorsque la demoiselle lécha son gout et la mordue, je compris que c'était une vampire. Elle venait de lui transmettre sa force vitale. Je soupirais soulager enfin je soufflais de plaisir depuis un moment sous les caresses.

- Maintenant Femme, tu peux regarder ton homme. Dit Kelen à Alégia.

Une des femmes baissa mon pantalon et se pencha pour me gouter. Je gémis.  

- Kelen... Ne....... change pas.... Le court du temps....dis-je difficilement

S'il baissa avec elle, plein de choses pouvaient arriver. Les maladies sexuellement transmissibles sont rares dans notre époque, mais ici, elle pouvait être foudroyante.

- Oh cela serait tellement malheureux, qu’elle reparte avec un rejeton. Dit-il en ricanant et se frottant à elle.

- Que veux-tu femme... Demanda-t-il

Je n'étais absolument plus maitre de la situation. Peut-être que cela n'était pas une bonne idée de venir ici enfin de compte.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mer 5 Aoû - 20:40
Hum j’étais chaude, très chaude, ils étaient nombreux. Tous pour moi ? J’espère réellement. Alors qu’Ethan discuté avec l’homme je commençais à me doigté, le regardant, je voulais lui donner envie et qu’il me démonte. Mais c’est l’autre homme qui vînt vers moi et me caressa. Je brulais de désir et je lui fis savoir. Mais il continua de parler avec Ethan et lorsqu’il se retourna vers moi pour m’embrasser, mon maitre avait disparu. Il m’embrassa puis une femme nous téléporta dans une plus grande salle.

Me tenant par le cou, l’homme m’installa devant lui, juste en face d’Ethan qui était occupé avec des putes.

« Maitre, pas elle, moi par pitié maitre. »

Une femme m’embrassa alors et je ressenti une force supplémentaire naitre dans mon corps. Une belle puissance. Encore plus, lorsqu’elle me mordit le cou. L’homme m’ordonna de regarder Ethan.

« Le maitre est pour moi. »

Il commença à se frotter à moi, il avait beaucoup d’envie aussi à première vue. Il me demanda ce que je voulais. Je baissai son sous-vêtement pour y voir un sexe d’une belle taille. Je le mis en bouche directement et le suça de la meilleure manière que je connaissais.

« Il faudra que tu apprennes à mes filles à faire pareil, j’ai jamais eu une pute pour le faire aussi bien. »

Alors que j’étais en pleine fellation. Il prit mes cheveux et me bloqua la tête contre son bassin, il commença alors des va et viens dans ma bouche, m’étouffant à chaque geste. Alors que je n’en pouvais plus, il me laissa libre et je pu cracher au sol. Relevant la tête vers lui, il me gifla violemment et je tombai au sol. Il arracha le bas de ma robe et me força à écarter les jambes.

« En fait c’est peut être la meilleure chose qu’elle peut avoir un marmot de ma part. »

Sans aucunes préparation, il me prit et dans une banale position du missionnaire, me baissa au sol. Plongeant ma tête en arrière, je vis mon maitre en plein ébat avec une des putes. Mais c’est moi qui devais baisser avec lui. De toute manière, l’autre porc n’avait pas l’endurance d’Ethan et à peine deux minutes après qu’il est commencé, je senti qu’il éjacula en moi. Il se releva et regarda la fille qui m’avait mordu.

« Excitez-moi. »

Elle s’approcha de moi me mettant devant la bouche son sang une nouvelle fois. C’est ainsi que je repris encore des forces, mais mon esprit s’embrumer de moins en moins. Je lui murmurai quelques choses à l’oreille et elle accepta en souriant. Je me relevai, me rendit vers mon maitre et éjecta la fille qui était sur lui.

« Maitre, je suis toute à vous. »

Je m’approchai de son oreille et murmura.

« Bientôt de retour à la maison maitre. »

Je m’empalai sur son sexe très dur. Ethan semblait avoir déjà bien pris du plaisir et je commençais à le satisfaire, bougeant mon bassin le plus rapidement possible. Je l’enlaçais et alors que mes mouvements étaient de plus en plus rapide, animé par cette force unique, mes yeux prirent une teinte jaunâtre. Et alors que j’allais jouir, plusieurs époques passèrent d’un coup à l’autre, l’un contre l’autre.

La Rome antique, la seconde guerre mondiale, la découverte de l’Amérique, la construction de la tour Eiffel et enfin notre époque. Nous étions dans un ascenseur et je n’en pouvais plus, je venais de jouir et lui aussi. Je sentais son liquide en moi une fois encore. Nue l’un contre l’autre, l’ascenseur s’arrêta au rez-de-chaussée et plusieurs personnes voulurent monter dedans et s’arrêtèrent en nous voyant ainsi, surtout Ethan, exténué.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Jeu 6 Aoû - 14:09
On avions atterri dans l'ascenseur que je reconnut être le mien. Ouf... je m'écroulai au sol.

La porte s'ouvrit un couple était devait nous. C'était des voisins, tous deux étaient en tailleur, l'homme portait une mallette de cuir. La femme sauta sur Alégia, la plaqua contre le mur, son bras écrasant sa gorge, elle fit apparaitre un poignard dans l'autre main. L'homme se précipita sur moi pour prendre mon pouls.

- Alors. Grogna la femme.

- Il est en vie, mais à bout de souffle. Remontons-le chez lui.

Elle se tourna vers la Pythie.

- Toi tu vas le payer cher pour ce que tu as fait. Dit-elle

- Non... laissez... là. Dis-je faiblement

Il y avait bien des siècles que je n'avais pas été dans un tel niveau de fatigue.

- Tu crois qu'on pourra rentrer, il n'a pas son commlink. Dit la femme

- S'il est dans l'appartement, cela ne devrait pas être verrouillé. Dit l'homme en me portant.

La femme près du panneau de commende cliqua sur le dernier étage à laque, mon nom était écrit. Effectivement, ils n'eurent aucun problème à entrer. L'homme pourtant très mince avait une très grande force, puisqu'il me portant sans aucune difficulté jusqu'au divan. La femme poussa avec brutalité, Alégia.

Il eut du bruit dans la salle de bain

- Va voir. Ordonna l'homme.

La femme lâcha Alégia, et la laissa à l'homme qui s'occupait entre autres de moi.

- Ne bouge pas jeune fille. Dit-il d'une voix féroce. Lui qui avait l'air si calme depuis le début.

La femme reviens l'air perplexe.

- Rien. Répondit-elle

C'était sans doute nous qui venions de partir dans le passé. Pensais-je avec mon esprit embrumé.

- Il faut qu'il se nourrisse. Dit l'homme

- Ah non merci... Dit la femme sèchement

- Il y a peut-être un autre moyen. Dit-il en regardant Alégia

- Non... répondis-je faiblement. Je vais me reposer, ça va aller...

- Vous êtes sur maitre. Dit la femme inquiétée

- Oui Saly.

- Pouvons-nous faire quelques choses ?

Je souris

- En faite, oui. Tu pourrais m'aider à aller jusqu'à ma chambre. Demandais-je en essayant me lever

L'homme m'aidait un peu brusquement

- Hé du calme... John...

- Désolé Maitre. Dit-il

- Que fait-on d'elle ? S'interrogea Saly

Je réfléchis comme je pus.

- Elle va prendre soin de mois après votre départ. Dis-je amuser malgré la fatigue.

- Elle n'a pas l'air génial pour ça.

- Saly... Sache que cette humaine pourrait t'en apprendre des choses... Elle peut être plus jeune que toi, mais même en t'y mettant maintenant, tu ne pourrais pas la rattraper.

- Eh rassurez-moi, vous parlez de sexe ?

Je ris légèrement

- Oui de sexe... Saly

Elle fit un air de dégout. Saly était homosexuel et assez frigide de surcroit. Je l'aimais beaucoup, c'est pourquoi elle faisait partie de ma garde personnelle. Jhon avait d'autres atouts puisque dans une autre vie, il avait été médecin, il était donc aussi le médecin familial.

On monta les marches, avant d'entrer dans ma chambre.

- Un bain me ferait sans doute du bien. Dis-je

- Bonne idée Maitre.

Saly s'en prit donc de mettre la baignoire en mode jacuzzi. Et John m'aida à entrer dedans.

- Merci mes amis.

- De rien Sir. Dirent-ils en coeur

- John va te toucher, tu dois être épuisé.

- Oui le soleil est déjà bien haut pour moi. Dit-il

Ils se saluèrent et partir chacun chez eux. En passant devant Alégia, John dévoila ses crocs et ses yeux rouges, Saly le poussa en murmurant

- Ce n’est pas l'heure du déjeuner. Vil Vampire.

- Avoue qu'elle est appétissante.

- Je confirme...

Et ils disparurent dans l'entrée

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Sam 8 Aoû - 20:19
La femme m’attrapa, me plaqua contre le mur de l’ascenseur et sorti une lame de son autre main. A première vue, ils étaient tous deux de la sécurité de monsieur Hard. La femme me menaça, mais Ethan demanda qu’aucuns mal ne me soit fait. On monta à l’appartement et là, ils prirent soins de monsieur Hard. Ils ne s’occupèrent plus de moi et lorsqu’ils partirent, je me dirigeai avec difficulté dans la cuisine afin de manger un morceau. J’étais épuisé et j’avais réellement très faim. Je cherchais un bout de pain, une brioche, un bonbon, enfin n’importe quoi avec un peu de gout pour éviter de tomber sans forces. Par chance, des fraises étaient dans le frigo et rapidement l’intégralité du ravier fut avalée par moi. Après ce petit moment de fringale, je rejoignis Ethan dans la salle de bain.

« A la base, vous m’avez fait venir pour un travail il me semble. »

Je me glissai dans le jacuzzi a côté de lui.

« Je n’ai jamais fait usage de mes pouvoirs de la même façon que ce que j’ai fait aujourd’hui. Vous avez éveillé en moi, une puissance inconnue. Mais, nous ne devrions plus faire ce genre de voyage, nous avons changé par deux fois la trame du temps aujourd’hui. Une fois en changeant d’époque votre amie démone du Moyen-Âge, une fois en acceptant les avancent d’un homme a l’hygiène douteuse. Je pense qu’un rendez-vous chez mon gynécologue, ne serait pas de refus. En tout cas monsieur Hard, nous nous sommes bien amusés. Vous voulez me parlez un peu de vos sentiments par rapport à ce voyage ? »

Alors que je parlais, je pris une éponge douce et commença à me laver, surtout au niveau de mon entre jambe. Je pensais encore à l’autre pervers qui avait osé éjaculer en moi. Ce plaisir n’était réservé qu’à une élite, celle qui y mettait le prix.

« Et ce travail ? En quoi consiste-t-il ? »

Changeant d’éponge, je commençais à laver monsieur Hard, il semblait encore plus fatigué que moi. Je n’étais ni démoniaque, ni angélique, mais j’avais l’impression d’avoir été une rude épreuve pour lui.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mar 11 Aoû - 14:46
J'arrêtai son geste, je ne voulais pas qu'elle me lave et certainement pas qu'elle commence à faire de la psychanalyse. Elle comprit vite que je ne voulais pas en parler et changea de sujet.

- STP. Laisse-moi me reposer. Pour toi, c'est simple de garder forme humaine à travers l'espace-temps pas pour moi.

J'essaie de me relaxer, mais pas évident avec pipelette à mes côtés.

- Alégia. STP, on en reparlera quand nous serons reposés et habillés. Dis-je d'un ton sérieux.

Je profiterais des bulles qui me faisaient un grand bien. Je m'assoupis même quelque instant. Mon comlink sonna, il était resté sur ma table de chevet, mais la technologie était bien faire puisqu'il était relié à ma maison entière.

- Com répondre. Dis-je

Une voix résonnait dans les haut-parleurs de la salle de bain.

- Monsieur que voulez-vous pour diner ? Demanda une femme

Si elle me sonna, c'était qu'il ne devait pas être loin de 12h. Je regardais l'horloge, 10h, je m'était assoupi si longtemps ?!

- Bonne question Agnése, bonne question... Je ne dirais pas non à truc bien gras

- Hamburger, Kebab, pizza ... ?

- Hum... Hamburger... pourquoi pas

- Je commence chez "Chef Ham"

- Eh...

- C'est un restaurant ne faisant que des fast foods version gastronomiques. Votre père l'appréciait beaucoup

- Ok...


- Les deux menus les plus gras sont l'hamburger à l'anglaise et à la française. Dans l'anglais vous avez un oeuf et du bacon, et dans l'autre du jambon fumé de pays et du camembert fondu.

- Eh je vais prendre à l'anglais, j'ai besoin de calorie

- OH monsieur vous êtes déjà parfait...

Je ris et la coupa

- J'ai une invitée...

- Oui que veut-elle ?

Je fis signe à Alégia de faire sa commande.

Pendant qu'elle choisissait, je sortis du bain et commença à m'essuyer. Même si je me déplaçais jusqu'à mon dressing géant. Je pouvais toujours entendre la conversation, car il était juste à côté. Je devais juste passer dans ma chambre pour se faire.

Pendant que j'habillais dans un polo et un jean séant. J'entendis Agnése demandé si on voulait un dessert ou une boisson. Je me saisis de mon bracelet comlink pour répondre.

- Non-rien pour moi c'est bien gentil. J'ai ce qu'il faut ici.

Alégia m'entendit également. La conversation avec la dame de chambre s'arrêta. Je descendis en cuisine pour boire un coup. J'avais laissé mon dressing ouvert dans l'empressement, la psy pourrait donc admirer ma collection de vêtement et d'accessoire hors de prix et même les tenues de dame : robe de luxe, sexy...

J'étais dans ma cuisine. Elle était assez petite ouverte sur le salon et la salle à manger. Blanche comme le reste de mobilier. C'était donc un simple I avec bar au milieu, avec quelques chaises. Sous celui-ci, une armada de boisson, j'en pris une teintée, je versai dans un verre, un liquide noir d'encre.

- Un verre ? proposais-je à Alégia une fois arrivée vers moi.

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


avatar
Slogan : Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.

MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Jeu 13 Aoû - 11:42
Il était assez dur de piéger Ethan par le pouvoir de mes mots.

« Comme vous voulez, je ne cherche pas à forcer votre esprit. »

Pour moi c’est simple ? Je ne suis pas une démone, j’ai mes limites et celle de passer d’une époque à l’autre n’implique pas de pouvoir le faire à l’infini sans en ressentir les conséquences. Au vu de ces réponses, il semblait ne pas apprécié d’être en position de faiblesse. Il n’était pas bon de tenter quelques choses maintenant, mais il faudrait que je travaille sur ce point-là plus tard. La psyché humaine était déjà fort complexe et lunatique, mais celle des démons, semblait plus froide, plus lise, comme s’il n’y avait pas trente chemins dans leur esprit. Juste un seul, la force et la puissance. Je profitai qu’il s’endormit pour me laver aussi. Il fut réveillé par son téléphone et il mit la discussion en public pour que je puisse entendre. Il me proposa de me joindre à son repas et je pus choisir.

« Je prendrai une salade assez consistante, avec du fromage et des fruits. »

« Ils proposent la salade aux 5 épices, camembert, gouda, chèvre et roquefort. En sauce, huile d’olive et ajout de crouton au Safran. En fruit, il y a divers choix.»

« C’est parfait je vais prendre ça et en fruit, assortiment de fruits exotiques. »

Je terminai la discussion et je m’essuyai et m’habilla. Je rejoignis directement Ethan dans la cuisine. Il me proposa un verre.

« Juste de l’eau c’est bien gentil. Je pense avoir vécu assez de sensations cette nuit, pour en plus m’abreuver d’un alcool, doux ou fort. Mais je pensais, monsieur Hard, avez-vous la moindre faiblesse que je n’ai pas encore découvert pour le moment ? Votre point faible, les femmes, votre faiblesse, devoir les contenter plusieurs fois. »

Je lui fis un sourire. Mes questions encore une fois, ne le mettaient pas dans une disposition confortable pour lui.

« Bien entendu, je ne fais que discuter et ne cherche nullement à juger le démon que vous êtes. Je me dis simplement, qu’avec votre vie, une psychologue vous ferrez le plus grand bien. »

Aie, ce n’étais pas spécialement ce qu’il voulait entendre à première vue.

_________________

Votre vie, n'aura aucuns secrets pour moi, alors détendez vous.
I love you PAST I love you
I love you PRESENT I love you
I love you FUTURE I love you
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN] Mer 19 Aoû - 18:12
Je sirotais mon verre tranquillement dans la cuisine quand la demoiselle arriva, je lui proposai un verre et elle fit une remarque.

- Qui vous dit que c'est de l'alcool ? Répondis-je

Elle avait le don de piquer mes nerfs à vif, ce n'est vraiment pas le moment en plus.

Je posai mon verre sur le bar assez brutalement.

- Bon on va être clair... Si tu veux faire une psychanalyse sur moi, prépare-toi, voire ta vie virée au drame en un rien de temps. Pathétique humaine, tu ne sais rien de moi... de nous. Tu crois tu savoir, car tu es une pythie... mais tu te fourres voit. En un rien de temps, je peux demander à agent de supprimer dis-je avec un rire sadique

- Hum t'éliminer, c'est encore trop gentil... Je pourrais faire bien pire... Je pourrai tout te prendre ton corps, tes pouvoirs, ta vie... faire de toi un esclave pour tous mes loyaux sujets.

A mes mots, des ombres illustrèrent des tortures macabres et des violences sexuelles sur les murs de la cuisine.

- Alors sais ma petite dame, que ton cul n'est certainement pas une faiblesse, car j'en ai vu d'autre et le tien n'est pas le meilleur. Une femme peut faire perdre la tête à un homme... Mais une simple minable comme toi ne peut certainement perturber un démon comme moi.


Je coupai nette la conversation, je repris mon verre et partit sur le balcon. A mon passage dans le salon, j'avais pris une cigarette électronique. Les "vraies" cigarettes me manquaient, elle existait encore, mais à des prix d'or. Je trouvais qu'elles ne valaient pas cette somme, pourtant j'en avais mes moyens. Et puis les électroniques étaient aromatisée, c'était un petit plus. Je fumais donc dehors tranquillement pour me vider l'esprit.

- Pourquoi n'y avait-elle qu'une pythie dans cette putain de ville ... Pourquoi devait-elle être psychologue pensais-je

_________________


Ne vous fiez pas à mon regard d'ange !
Je suis l'ombre dans la nuit...Vos pires cauchemars
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN]
Revenir en haut Aller en bas

Entrevue entre Hard et Legrand [X] [FIN]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Sujets similaires

-
» Haiti en Marche: Haiti entre la Chine et Taiwan
» Conflits entre les syndicats au sujet du CEP et des elections.
» Atelier de travail entre entrepreneurs dominicains et haïtiens
» ENTRE LA DROITE REVOLUTIONAIRE ET LA GAUCHE REACTIONAIRE ??
» Relations entre Politique, CIA et le Sida

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clark&Hard :: Seattle :: Logement :: Chez Ethan L.Hard-