Clark&Hard
- Cher invité si vous voulez participer à notre forum. Veuillez lire le règlement et vous inscrire.

- Cher membre n'oubliez pas de vous connecter pour pouvoir participer au forum.


 

Partagez|

Tylan Valério McLagan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage


Slogan : à cœur fort, esprit serein

MessageSujet: Tylan Valério McLagan Ven 10 Avr - 12:45



“ Tylan Valério McLagan ”

Pouvoirs :
« Tu aurais dû te rendre invisible ! C'est à ça que servent tes pouvoirs ! » « Ce n'est pas parce que je peux en faire usage que je dois en user. » « Tu en as peur ? C'est pour cela n'est-ce pas ? Tu fuis encore ? » « Fuir... ? Je ne suis ni un lâche, ni un imbécile. Je ne veux plus t'écouter et encore moins t'entendre. » « La magie n'est qu'un outil, c'est à toi de l'employer à bon escient, c'est pour cela que tu ne dois pas la rejeter mais l'accepter. » « Je ne suis pas un nouveau-né, j'ai conscience de ce fait Laszlo. Laisse moi... s'il te plaît, laisse moi. » - à propos de l'utilisation de la magie, discussion entre Tylan et Laslow.

Magie : Solaire

Pouvoir 1 : Invisibilité. Un pouvoir commun aux anges comme aux démons. Il peut se rendre invisible aux yeux des mortels, notamment de son ou sa protégé(e). [Ty possède ce pouvoir mais il en use rarement, préférant pénétrer dans la vie de ceux qui l'entourent telle une tornade.] La discrétion n'est pas son fort.

Pouvoir 2 : Persuasion. Il peut influer sur la volonté de toute créatures en dehors des démons. Les détourner d'un objectif sans même qu'ils ne s'en rendent compte. [Ty amène ses interlocuteurs à se ranger à son avis, bien qu'il n'ait pas toujours besoin d'user de son don pour se faire. ] Il est très convaincant lorsqu'il le veut.




Histoire

Votre histoire de l'enfance à maintenant en minium 30 lignes, de préférence de façon Rp

Appartement, New York. 1987

Il y a des tas de façons de visualiser le monde, de considérer la vie, sa propre existence et celle d'autrui. Beaucoup se contentent de vivre chaque jour comme il vient : se réveiller, prendre son petit déjeuner, partir pour une journée de travail puis revenir le soir et s'écrouler sur son canapé avec la satisfaction d'une journée bien remplie. Vide, c'est bien le mot qui définit ce que je ressens alors que mes yeux se posent sur cet homme... mon colocataire depuis trois jours, mon protégé depuis une semaine. Je déteste suivre mes protégées, invisible, comme si j'étais cet "Hasard" qui venait bouleverser leur vie "la chance", "la fortune" ou au contraire "le mauvais coup du sort" signe de l'échec de ma mission. Je déteste l'idée de n'être qu'un vide, qu'un bout de néant qui influe simplement sur le quotidien d'un être. Ne pas s'attacher, protéger en veillant de loin tel un "ange gardien". Apporter joie et amour... Tout cela semble si vide, surtout quand je le regarde affaler sur son canapé. Il a déjà sa télécommande en main et il zappe encore et toujours parce que rien ne lui convient, parce que sa vie manque de ce quelque chose dont il est incapable de donner le nom. Parce qu'on ne peut pas définir "le sens de la vie" en un seul mot. Pourtant me voilà à sourire, un léger rictus aux lèvres, je l'observe toujours. C'est en me raclant la gorge qu'il me remarque enfin. Parce que je suis là, moi, Tylan Valério McLagan, vingt-cinq ans, toujours célibataire et fraîchement arrivé aux Etats-Unis. Du moins c'est ainsi que je me suis présenté à lui. Je suis ce "quelque chose" qui est venu bouleverser son quotidien. Une bouffée d'oxygène, parfois une gêne et pourtant un ami. Il lève enfin son regard et daigne poser ses yeux sombres sur ma personne. Mon sourire s'agrandit, je m'amuse, du moins je dois sembler amusé. - Alors cette journée ? Une phrase qui le conduit à se confier, des confidences qui le libèrent d'un poids invisible, un poids qui l'empêche d'aller de l'avant et de vivre joyeusement.

Ruelle, New York. 1989

La douleur est lancinante à mon flanc, je saigne abondamment et ce goût à ma bouche me rappel ma faiblesse. Je peux presque entendre son rire, c'est quelque chose de froid, de glaçant. Pourtant je suis si calme à cet instant, je ne peux pas me permettre d'avoir peur, encore moins d'hésiter. Une vie est en jeu après tout, pas n'importe quelle vie, celle de mon colocataire, celle de mon protégé, celle de... mon ami. Alors j'avance dans cette ruelle, chancelant, je me rattrape au mur. Il est froid lui aussi, tout semble s'être rafraîchi soudainement. J'ai du mal à voir ce qu'il y a devant moi, tout est flou, tout est si sombre. Je peux entendre le vent, on pourrait croire au sifflement d'un serpent. Et alors que je m’apprête à lâcher un léger rire nerveux, je sursaute. Quelque chose vient de m'attraper la cheville. Un froid brûlant qui me déchire la peau, une douloureuse sensation qui glisse sur mon corps, remontant jusqu'à mon cou. J'hurle, mais aucun son ne quitte mes lèvres. Je ne peux plus bouger, je ne peux pas non plus prononcer le moindre mot. On me soulève et quelque secondes seulement suffisent pour que je comprenne. Mon protégé est là-haut, debout sur le rebord du toit de cet immeuble. Il semble hésiter et je prie bêtement pour qu'il ne cède pas aux doux murmures qui le poussent au pire. Je me débat inutilement, des larmes coulent, des cris muets s'échappent, je suis impuissant. Et même si je pouvais parler, rien aurait pu changer ce qui arriva. Ma magie ne sert à rien, mes ailes ne me permettent pas de voler comme je le voudrais, je ne peux pas non plus me téléporter. La seule chose que j'aurai pu faire... parler, mais les mots refusaient de quitter mes lèvres alors que l'ombre rampante continuait de s'emparer de mon corps entourant désormais mon visage, ne laissant plus que mes yeux pour assister à la mort de cet être que je n'avais su protéger.

Bar, Los Angeles. 1990

J'ai perdu la notion du temps, peut-être ai-je besoin de faire mon deuil. Mes amis si étant qu'on puisse les appeler ainsi m'ont critiqués, sermonnés à de nombreuses reprises. On ne doit pas s'attacher, on ne doit pas s’immiscer dans la vie de nos protégés. Il faut garder ses distances, apprendre à contrôler ses émotions. Je n'ai jamais compris, je m'y suis toujours refusé, je hais ces conseils, je me hais de ma propre impuissance. Il existe tant de créatures dans ce monde et ceux qui doivent protéger les plus faibles sont eux même pathétiques. Pourquoi ? Cette question résonne dans ma tête ne trouvant pas le moindre écho d'une quelconque réponse. Je suis toujours là, assis au comptoir à observer la jeune femme assise à l'opposé. Elle me regarde aussi, elle pense sans doute que je suis intéressé. Ma protégée, une autre encore. Mon cœur se serre à l'idée qu'elle puisse elle aussi devenir une autre victime car... je suis maudis, d'une malédiction qu'on appelle vengeance. Si je suis un ange, elle est un démon et elle me porte une rancune tenace pour une raison qui m'échappe. J'ai fait quelque chose il y a bien longtemps, quelque chose qui a attisé cette flamme. Et depuis elle frappe sans cesse au moment où je suis le plus vulnérable. Elle connait mes faiblesses, elle m'épie sans que je sache même à quoi elle ressemble. Je ne garde d'elle qu'une horrible sensation de froid et l'écho récurrent de son rire. Je souri à la demoiselle, attrape mon verre et me lève pour la rejoindre. Je m'installe à côté d'elle et commence à discuter. Je ne peux pas reculer, je ne peux pas abandonner avant même d'avoir essayé, je ne peux qu'espérer et faire de mon mieux aussi inutile que ce soit.

Paris, France. 2013

Il fait froid, la neige viendra bientôt recouvrir la capitale... peut-être. J'observe avec attention cet enfant, je le connais depuis déjà si longtemps. Je me sens étrangement serein lorsque je le vois, parce qu'il lui ressemble tellement. Nostalgique, je ne peux que sourire. Sa mère est là aussi, déjà vingt-trois ans qu'on se connait. Au début elle pensait qu'on sortait ensemble, on se voyait régulièrement. Puis elle a finalement compris que je n'étais rien de plus qu'un ami, mais elle tenait déjà tellement à moi. J'étais toujours là pour elle, que ce soit lorsqu'elle a perdu son job ou quand son fiancé l'a abandonné la veille de leur mariage. Même lorsqu'elle s'est retrouvé enceinte et qu'il fallait élever l'enfant. Elle m'appelle "son ange gardien", elle n'imagine pas à quel point elle est proche de la vérité. On avance tous les quatre sur la grande avenue, oui, tous les quatre : moi, elle, son fils et ce français qu'elle a rencontré récemment. C'est quelqu'un de bien sous ses airs de grand maladroit. Je me sens presque l'âme d'un Cupidon à les avoir réuni ainsi. Il sera bientôt temps pour moi de me séparer, mais je suis tellement soulagé qu'il ne lui soit rien arrivé.

Harvard, Cambridge. 2020

Je suis un jeune étudiant en droit, c'est tellement inattendu. J'observe encore la paperasse qu'on m'a remis. Qui aurait pensé que cet enfant grandirait aussi vite, le voilà déjà en brillant universitaire. Il a obtenu une bourse pour intégrer cet université, mon nouveau protégé. Parfois je me demande si c'est une mauvaise plaisanterie. Ils tombent du ciel au gré des désirs d'un égoïste Tout-Puissant. Je suis heureux comme si on m'avait fait un cadeau pour la première fois de mon éternité et pourtant je ressens cette peur indescriptible. Je sais qu'elle est toujours là, jamais bien loin à se demander comment me faire souffrir. Peut-être suis-je devenu paranoïaque à trop la subir ? Je reste éloigner de l'enfant qui est devenu bien grand, je ne sais trop comment l'aborder. Il avait onze ans lorsque je l'ai quitté. Comment lui expliquer... non, je sais très bien ce que je devrais faire s'il amène le sujet mais, je déteste l'idée d'être aussi persuasif. « Bouh ! Haha ! » Je sursaute comme à chaque fois. Je n'ai pas besoin de me retourner pour savoir de qui il s'agit. Un jeune sorcier un peu trop énergique. 2012 a révélé tant de secret au reste du monde, mais moi je fais parti de ceux qui préfèrent être discret. Malheureusement ce n'est pas au goût de tous le monde. Cet homme qui vient de passer un bras autour de mes épaules et qui sourit comme s'il venait de retrouver un vieil ami après une éternité par exemple... un idiot qui semble m'avoir démasqué sans que je sache trop comment. De la clairvoyance avais-je pensé à notre rencontre, mais était-ce seulement possible ? Je ne m'étais jamais réellement intéressé à ce qui m'entour auparavant. Anges, démons, humains et ces autres créatures qui parsèment le monde. Je me contentais de considérer tout un chacun comme une personne et rien de plus. La seule chose qui m'intéressait vraiment étant ma mission.

Étendue de sable, époque indéfinie.

Chaque grain de sable est une seconde qui s'écoule dans l'infinité du temps. J'ai l'impression d'être resté là bien trop longtemps, de m'être égaré. Mes mains sont encore tâchées de sang mais la douleur n'est plus là. Je respire enfin, libre et pourtant toujours enchaîné. Tout me semble si flou, des souvenirs lointain et vides... vide, néant, immensité noire et ténébreuse. Je me suis noyé dedans, des larmes coulent sur mon visage, elles semblent si chaudes. Il s'est passé quelque chose d'atroce, mais quoi ? J'ai comme la sensation d'une lame sur mon cou, le sang coule et mes mains se peignent d'un rouge écarlate... la douleur, les larmes et les cris se mélangent. Je tombe, mon regard croisent celui d'un enfant qui pleur. Pourquoi est-ce qu'il pleur ? Pourquoi est-ce que sa peine me fait si mal ? J'essaye de me souvenir mais mon esprit est submergé par le brouillard. Je respire, ma respiration semble si difficile, elle n'est plus que saccades. Ma gorge s'emplit de mon propre sang qui se déverse sur mes lèvres puis le long de mon menton jusqu'au sol. Des voix, des rires, tant de violence. Mais je ne vois que le visage de cet enfant qui semble avoir si peur. Je voudrais lui dire que tout va s'arranger, que rien d'horrible n'arrivera. Mais c'est trop tard, les événements s’enchaînent trop vite.

Seatle, 2030

« Félicitation McLagan, on peut dire que vous avez surpris tous le monde aujourd'hui » L'hypocrisie, une odeur qui me répugne. Un léger parfum de corruption, je me sens mal. Pourtant je garde mon calme et hoche la tête un faux air reconnaissant au visage. Un travail, des collègues, faire preuve de réflexion, faire usage de ses connaissances juridique dans un combat d'éloquence et une tornade de faits et parfois de témoignages divers. Je n'aime pas particulièrement ça, mais savoir que je peux faire régner la justice me procure une légère satisfaction. Bien entendu je suis là uniquement pour surveiller mon meilleur ami. Cet enfant, ce jeune étudiant est désormais un brillant procureur tout comme moi. Elle n'est pas encore apparue ou peut-être que si. Elle attend sans doute le moment où je baisserais ma garde, celui où je penserais qu'elle ne reviendra pas à l'attaque. Ou alors elle est déjà là à insuffler son poison et à corrompre mon entourage de façon à frapper fort lorsqu'elle me prendra de nouveau d'assaut. En attendant je ne suis qu'un honnête homme de droit qui prêche l'ordre et la justice.




QUI

Prénom Nom : Tylan Valério McLagan
Age : A arrêté de compter depuis tellement longtemps déjà, disons 28 ans pour ceux qui lui poseraient la question.
Lieu de vie : Downtown
Lieu de travail : Département de la Justice
Nom de l'avatar : Will Higginson



Physique et Mental :

- Physique : 1m88 - Cheveux bruns - Yeux bleus - Mince et finement musclé - Il détourne le visage lorsqu'il cache quelque chose.
- Défauts : Dépressif - Paranoïaque -  Direct  -  Inconsciemment Égoïste
- Qualité : Imprévisible - Volontaire - Attentionné -  Tolérant



Vous

Pseudo : Nana
Age : 22 ans
Vos passions : Jeux-vidéo, littérature, manga, écriture et dessin, cinéma et autres.
Votre expérience rp : J'ai quelque années d'rp derrière moi, mais j'ai pris une pause il y a quelque mois.
Comment avez-vous connu le forum : PRD
Autre compte : //
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Tylan Valério McLagan Ven 10 Avr - 18:58
Salut à toi,

Bienvenu parmi nous. Je te félicite tu as très bien cerner ce qu'est un ange ^^
Si je comprend bien, tu ne travaille ni pour Clark ni pour Hard. Tu n'as aucune allégeance en vers aucun de ses cabinets, on peut dire que tu es neutre ?

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage


Slogan : à cœur fort, esprit serein

MessageSujet: Re: Tylan Valério McLagan Ven 10 Avr - 19:13
Coucou & merci
Oui, on peut dire que je suis neutre... pour l'instant. Very Happy
Je pense que j'ai terminé ma présentation.
Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage
MessageSujet: Re: Tylan Valério McLagan Ven 10 Avr - 19:52
Voila je te valide.

Avant de commencer tes rp. Merci de remplir ta fiche de profil -> http://clark-and-hard.forumactif.com/t26-modele-de-profil

_________________

Revenir en haut Aller en bas
AuteurMessage



Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Tylan Valério McLagan
Revenir en haut Aller en bas

Tylan Valério McLagan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Absent du manoir (Antoine Valérient)
» quand le travail rend malade
» Nouvelles de chez nous
» Civilisation et environnement familier [Valéria]
» Parchemins

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Clark&Hard :: Bienvenue :: Présentation :: Archives-